---Back to esad-stg.net hub

CHRONIQUES LDS : continuités/discontinuités – un seul article

Mercredi 16 octobre 2013
AGENT de SYNTHESE vs. AGENT #20131016

Présentation du programme potentiel du LDS et des FULL HF :
Partage des connaissances / Expo-champignon / Bootstrap jaccuzi / No comment / Cours de dessin / Reality show / Chroniques / WordPress

Introduction au site WordPress

Concernant les chroniques :

1 compte unique pour les chroniqueurs
1 seul article pour chaque cours

Adresse login pour les chroniques : Agentshf (at) gmail.com
Mot de passe : …

Scribe – 1 ou 2 personnes
Temps réel // Confrontation a posteriori

Chacun s’ouvre un compte également pour ses propres publications. CV en prose

Avatars et identités

[AGENT #20131016 pour HF]
On pourrait se créer plusieurs personnages …
C’est pas tout à fait de l’anonymat
C’est un espace public
Est-ce que ça déresponsabilise ?
On peut passer d’un registre à un autre
Un avatar peut être habité par plusieurs ?
Un seul compte « scribe »
Est-ce qu’un article WP peut contenir 500 pages ?
On SIGNE à l’intérieur du document, de son pseudo
Qu’est-ce qu’on veut produire ?
Traces changeantes ?

Le texte qui n’en finit plus
un seul article à plusieurs voix
Un article par cours / par bloc temporel
UN COMPTE COMMUN – POUR TOUS LES COURS – MEGAMETASCRIBE
+ Un compte individuel (au moins) pour chacun

G**gle Docs ou pas G**gle Docs ?
Framapad ? ALTERNATIVE LIBRE – ACCESSIBLE AVEC LIEN, SANS LOGIN
(limite de 15 utilisateurs)

En supplément dans les commentaires : la liste des bonnes idées
[AGENT #20131016 pour HF]

Partage des connaissances en lien avec le programme des rencontres « Play/Urban » et  « Ville(s) en Jeu(x) » :

Francys Alys > http://www.francisalys.com/public/cuandolafe.html
Renzo Martens > http://www.enjoypoverty.com/
Dris Verhoven > http://www.driesverhoeven.com/en/project/ceci-nest-pas
Ligna > http://ligna.blogspot.fr/
Sello Pesa > http://www.ntsoana.co.za/
Donna kukama > http://www.blankprojects.com/artists-donna-kukama.php

Moulinette de Paola – Vidéo avec found footage de Utube et extraits film « Les dieux nous sont tombés sur la tête »
Commande d’une action sur l’utilisation/utilité détournée/décontextualisée d’objets
Contrainte : sans texte/sans parole, sans found footage

————————————————————————————————————————————————————-
————————————————————————————————————————————————————-

 

AGENT ILLE

Capture d’écran 2013-10-25 à 19.21.40

 

 

 

0) Réaménagement des espaces de travail / occupation de l’annexe

1) Suite du debrief de l’expo champignon Sub Hear

LACCARIA BICOLOR///// l’artiste curateur / comment être artiste, comment faire du curatorial ? un moyen de mélanger les deux. / c’était l’intro que t’as proposé seulement ? / oui c’était pas un commissariat au sens où je choisis le truc. c’était un certain nombre d’idées extraites par tout le monde que j’ai collecté / ok donc pas de prise de posture de pouvoir, c’est assez fin et ça constitue une introduction. à pousser ? / proposer un processus, un espace mental avec des infos qui se chevauchent, avec ou sans / articulations, processus de travail plutôt que travail fini / c’est comme le communiqué de presse qu’on reçoit dans les expos, on est dans la critique de la critique, et quand c’est fait par un artiste ça donne ça du coup. comment tu l’ouvres ? comment tu te saisis des outils des critiques avec leurs références à l’histoire de l’art, à l’historicité ? / Artiste curateur ou le curateur qui se prend pour un artiste = notion à explorer / une posture de pouvoir? / politique /  »pourquoi le métier de critique d’art va disparaitre? » / mode au palais de tokyo de lancer des commissaires émergents / différence entre organisateur et commissaire?

Les gens à la mine avaient peur de descendre à la cave

TRUFFE ////// fantasme du spectateur à propos de HF / exagération en désinfectant et arrangeant / peut être la vidéo n’était pas très clair… pas adaptée? Trop rapide / le son de la voix avec le masque donné une gravité/importance à ce quelle disait / tu te protège car c’est dangereux mais tu anméne les gens à cet endroit.. alors tu veux les mettre en danger? / une action plus discrète et intime : parler aux gens au cas par cas / intime mais intimidant / moi je prenais des photos et Truffe et venu me chercher. / Ca pousse le spectateur à faire un choix face à une autorité. Ils ont le choix mais ils viennent. Ca crée du jeux. / Vous parler du contexte HF mais c’est pas assez mis en abime, ca reste trop illustratif. Vous auriez pu aller plus loin dans l’utilisation des espaces, le contexte… / Faux? / tu désinfecte, mais c’est pas vrai, tu met du désodorisant. Ca a une forme d’humour, mais on sait pas trop si ce décalage est voulu. / la performance du curatoriat induisait un ton léger / On peut avoir beaucoup d’humour et être très grinçant / le rapport direct au corps, c’est plus violent / le fait quelle ai un truc à chiotte dans les mains c’était un moyen de continuer sur le ton du commissaire / et des qu’on s’approchait, elle nous foutait le désodorisant dans la tronche / un peu agressif

CLAVAIRE DOR et NYCTALE PORTEUSE D’ETOILES  /////// nous on était un débarras / la salle de ce qui servait pas / on a jouer sur le fantasme pour rendre le débarras attirant / on a pété une enceinte et il y a eu le feu / Bienvenues! / ça a un coté réceptif / en même temps, c’était assez beau / On voulait qu’on ne sache pas si il y avait qqn ou pas / crée une confusion / normalement ça devait faire vibrer les vitres / on savait pas si les gens étaient là / ça marchait avec la présentation de Truffe aussi / oui ça marchait bien

toulioulilouliloulilou toulioulilouliloulilou toulioulilouliloulilou (bruit d’alarme)

et la pièce de LENTIN DE SCHAEFFER ? /////// on l’a sans doute entendu sans s’en rendre compte / moi il me semble l’avoir entendu / l’enceinte était dans le plafond / aaah si je me souviens!

LYON D’OR/////// non / traces de documentation sur cette période de 7 jours qu’on a passé ensemble / un peu politique par rapport à mon regard, par rapport à mon état de santé / je suis des traitements / j’ai montré un processus / peut être après je pourrais continuer / en fait vous avez construit une narration collective / moi je ne savais pas dire qui a fait quoi, le collectif était réussi / c’est pas une exposition , c’est une installation collective / c’est le résultat d’une résidence / on a tout le temps eu ce débat de qu’est ce que c’est qu’un projet collectif, est ce que ça s’en est un ou pas…

 AGARIC BLANC FAUVE/////// je voulais reprendre l’idée de télé réalité / ce que tu as fait on dirait un peu un documentaire qui dénonce, tout avait l’air vachement plus sale qu’en vrai / c’était pour redonner cette idée de cave / ça me fais penser à cette émission ou ils cherchent des fantômes, on les voit comme ça dans des espace sombre, déambuler, caméra à la main / c’était plus un jeux d’enfant, il y avait pas vraiment de contestation / au niveau du sens, peut être le partit pris n’est pas assez évident / l’affiche fessait très télé réalité / il y avait plusieurs référents à ça /  »A LA RECHERCHE DU CHAMPI PERDU »

POLYPORE FLAMBOYANT /////// voudrait refaire son projet de réunion, comme nouveau format court pour montrer des choses embryonnaires / écrire un protocole / le faire en dehors de HF? / ça joue sur le restreint

Earth Wind and Fire

Bientôt, le cours performatif de Lingala chaque semaine

LINGALA FORMAT

/////// Eddy Malou //////////

 

2) PRESENTATION DE MARC

Drone

surveillance=> veille

veille stratégique et technologique

bienveillance/malveillance

manipuler la caméra=choisir ce qu’on voit

expérimentation enfantine

=expérimenter naïvement, ce laisser guider par ce qui ce passe

jouet d’adulte

puissance technologique/ outils de la guerre

Comment je prépare l’espace à la performance?

Comment créer un nouveau contexte dans le contexte?

Décor / ambiance

travail de l’espace + mise en friction

zones de pénombre interchangeables

Festival dans un champ

cabanes et constructions

scènes ouverte

créer un quartier, quelque chose de protéger

Comment tu l’inscrit dans le champ de l’art?

C’est créer une bulle quelque part

Inscrire la veille dans le processus

Est ce que tu te place comme un espèce d’anthropologue?

rapport à l’imaginaire

un ailleurs

dispositif architectural ou spatial qui oriente la situation

rêver d’une communautés qui n’existe pas

offuscation

un monde qui n’existe pas, un monde ou j’ai tout les droits

utopie , science fiction

dimension de jeux

piège

ref: harun farocki

topographie de la guerre

renzo martens

roman ondak

Celeste boursier mougenot

 

Pause nourriture / parasitage / infiltration

 

 

3) PRESENTATION MANIFART

Post-fungi a bu un peu

lasso 2009 / programmation événement et expositions

1er truc cave rearrangée en expo

musique trans en plein air

expo hangart

travail en groupe

dispositif d’exposition

exposition en carton et oeuvres numériques

bricolage

cheap

nouvelles technologies

drone

réutiliser des sculptures pendant des soirées et leurs donner une autre dimension

teenager room

pleurer devant un dj

test/ déplacement

on a pas le droit de faire ca

oui mais dans un squat on peu tout faire

non c’est pas à toi , tu détruit..

non on modifie!

squat

squat

squat

squat

squat

squat

squat

squat

squat

squat

squat

squat

squat

squat

squat

squat

squat

squat

squat

squat

squat

commodification de la jeunesse

employer des oeuvres

décors

réflexions sur le moule de la fête

comprendre différentes économies

institution

pas institution

seuil? critique? problème? pourquoi? machin?

c’est riche en expérience

une énergie extraordinaire

il y a un coté skins party / je ne veux pas être désobligeant..

il y a clairement des revendications politiques

on remet en question euh

il reste 20 minutes avant minuit

 

4) PRESENTATION

RITUEL RITUEL RITUEL

une video

religion

mon quotidien=un rituel

un autre visage / la terre

vie et mort

noyade

mourir pour renaitre

combat

suicide

défouloir

faire mourir des idées

Rituel

passage

MOooooooort

peur de la camera

peur d’être reconnu

étique / filmer à l’insus de..

morceaux d’histoire

une question de titre

écriture documentaire

 

5) PRESENTATION RUNAUD

travail au quotidien

une pièce sonore

j’entends des sons qui sortent de part et d’autre des machines, des assiettes et couverts et ça fait une symphonie et ça m’a intéressé.

planche symphonique

(son pas encore monté)

ça parlait de la guerre

phénomène du coltan, un minerai dont on se sert pour les téléphones portables, l’électronique, et ça pose beaucoup de dégats.

j’ai fait une vidéo avec le filtre d’un trou, j’ai filmé à travers un trou, c’est une expérience que j’essaie d’enrichir, maintenant j’utilise le filtre du reflet, un peu dans la même optique du film clandestin, dans le tram, j’ai filmé à l’intérieur, je filmais une personne au téléphone via son reflet, parallèle avec le coltan.

steve mcqueen

détournement publicitaire pour chaque opérateur.

c’est pas le seul artiste qui a travaillé sur le coltan the tentalumemorium (?)

avec yokokoshi et richard wright ?

oui, ça articule différents aspects avec les débuts du serveur téléphonique,

dans un mois, tu me détournes une pub. une pub ça fait 30 secondes ! 3 opérateurs, 3 vidéos. tu les fais

t’as vu the operator ? c’est filmer à 50% caméra cachée des gens qui vendent des passeports diplomatiques. est-ce qu’on peut avec 1 000 000 $ ramener des diamants de la guerre en afrique ? et le journaliste y arrive

moi ce qui m’inquiète c’est la forme.

pour moi ce film a une dimension artistique, sa démarche est une oeuvre d’art

oui mais pour lui ? ça pose des questions…

à la fin de tous ces projets ça va inch allah aboutir sur un film documentaire, pour l’année prochaine, ça va me faire une bonne expérience car je serai sur le terrain à l’est du pays

Bacillus subtilis  : je vais te dire une chose. ça mériterait une présentation un peu plus étoffée, on dirait que tu l’as découvert hier le coltan, or c’est une situation extrêmement complexe, t’aurais pu nous préparer une cartographie, même en deux minutes, on peut dire plus que ça sur la situation du coltan, au congo, dans le monde, sur le trafic et tout ça. après moi j’aimerais savoir dans ce détournement de publicité, à qui ça s’adresse, toi en tant qu’artiste, tu te places où, qu’est-ce que ça change en fonction d’où tu t’adresses ? dans quelle situation ça te met politiquement ? pour le diffuser au congo il faut acheter l’espace publicitaire. combien ça coûterait ?

ne veuillez pas faire des documentaires pour dans deux ans ! pensez à faire des trucs moins finis, avec des petits moyens, en deux mois ! la première image de toi que je vois, c’est une grand mère qui a du mal à se déplacer dans un tram à toute vitesse !

regardez vos images avant de les montrer ! je le dis pour tout le monde

tu nous montres quelque chose mais nous on voit autre chose

il faut que tu voies 99 francs ! à la base c’est un livre, dedans il y a une pub qui est détournée.

est-ce que tu fais quelque chose sur le coltan pour changer quelque chose ?

moi je le fais pour dénoncer, éveiller la population, c’est un message que je veux faire passer

il faut travailler le fond et la forme, et la forme, c’est que qu’on voit

mais le fond aussi. il y a un historique du coltan

je me sens dans une situation menaçante

mais le mieux ce serait que tu commences à produire, pour de vrai

 

Chronique d’Agendre idéal (pour vous servir)

Mercredi 30 octobre 2013

- alors il s’appelle vraiment igor ?! je pensais que c’était un nom de code moi !

 

*********** DISCUSSION SUR LE CONTRAT D’ÉTUDE ***********

LACCARIA BICOLOR fait une performance jeudi 21 novembre. elle se propose pour une présentation le mercredi 20
-Psalliote des jachères , ce serait bien que tu présentes quelque chose
- euh j’ai pas trop de trucs… ah si ! j’ai un truc. je sais pas trop pourquoi je l’ai fait, mais, ok.. c’est quoi, c’est un… petit format ?
- y’avait aussi le reality show.. et… ah si je sais ! tu voudrais pas nous inventer un cours de dessin ?
- un dessin expérimental ?
- un cours expérimental de dessin, pas un cours de dessin expérimental
- ben, une heure, c’est bien, pour rentrer dedans. il dure combien de temps le laboratoire de dessin (chez Roger Dale) ?
- je trouve ça intéressant de te donner ce truc là et tu nous inventes quelque chose, même dessiner avec de la vidéo, avec son corps
- dessiner avec son nez
- un cours entre 30min et 1h00
- mercredi ? ok
- j’aimerais bien prendre un grand format un de ces quatre. j’en ai besoin. quand tu veux…
- ouuuh…
- tension detected !
- il y a aussi le grand format Manifart
- aaah oui…
- fais comme tu peux en fonction des disponibilités
- donc la semaine du 11 il y a …Psalliote des jachères
il pourrait y avoir une expo champignon pour le jeudi dans trois semaines. c’est quand même mieux de faire l’expo champi quand plein de monde est là
- donc   Psalliote des jachères  tu feras  le cours de dessin ET ton petit format !
- ce sera TA journée
- sinon je fais ma présentation après hors limites (Laccaria bicolor)
- ok on le met le 13, il faut aussi voir avec Chen, la semaine d’après il y a Psalliote des jachères
- il y a Mike
- vous êtes invités à voir le 21 ce que je ferai là-bas, et il y aura à manger
- Arno le 21 tu fais un grand format. on switche le suivi du 20 au 21 pour l’organisation de l’expo champignon.
- champi le 20 c’est bien !
- il y a Carolo, Silvio, Psalliote des jachères  , Lucas…
- ben bon courage hein
- Mike et  peut-être et y’a un étudiant de com qui m’a demandé si il pouvait participer à une expo champignon, il a un esprit hors format quand même, il s’appelle Gabriel Jeanjean (Coulemelle)
- oui, si ça peut être intéressant qu’il s’intègre pourquoi pas. donc. Fausse Chanterelle aujourd’hui tu nous parles du synopsis ?
- non pas tout de suite, ce sera début décembre
- et à ce moment là tu ferais un grand format ?
- oui
- super
- alors, un grand format pour le 21 ?
- il y a ma performance vers 7h00, à la tombée de la nuit
- entre chien et loup
- et Truffe par exemple elle pourrait nous faire un grand format, ou un moyen format ? bon, on y va peut-être ? on commence par

*********** LE COURS DE LINGALA #1 – ARNO ***********

vidéo d’Arno :

Image de prévisualisation YouTube
mbote = bonjour
- c’est une vidéo que j’ai trouvé sur youtube vite fait comme c’est la première séance, on commence par les basiques, bonjour, comme dans toutes les langues, c’est le basique. le lingala c’est assez compliqué comme langue car ça change de forme par rapport aux générations, des nouveaux mots se créent toutes les vingtaines d’années, le lingala a toujours été mélangé au français, il y a aussi de l’anglais, le langage se crée par rapport aux jeunes, par exemple moi aujourd’hui je parle le lingala, mais je parle pas le vrai lingala.
- par exemple nous les jeunes, on dit jamais mbote. on dit toujours bonjour.
- quand tu dis que ça se transforme, c’est uniquement par l’ajout de mots en anglais ou en français ?
- ce sont des mots qui s’ajoutent d’autres langues, pas des mots qui se créent
- la structure reste la même ?
- oui
- par exemple à l’école on t’enseigne mbote ou bonjour ?
- à l’école on apprend pas le lingala, c’est uniquement par famille que ça se transmet.
- la génération avant 90, dans les années 70, avait des cours de lingala à l’école, mais nous on en avait pas. et aujourd’hui il y a l’anglais qui entre dans les écoles primaires et secondaires. Moi je ne sais pas parler anglais mais mes jeunes cousins de 8, 10 ans parlent anglais. mais il ne parlent pas lingala.
- voilà les basiques, mais là je préfère pas donner le cours lingala parce que ce sera un peu compliqué, c’est une langue que moi même je ne maîtrise pas assez, j’aimerais plutôt parler des situations d’incompréhension, un seul mot qui veut dire plusieurs choses
par exemple, mobi = demain mais aussi hier !
- ça change par rapport au contexte
- par exemple moto ça veut dire le feu, ça veut dire une personne…
- là il y a un problème. bantu dans le centre de l’afrique ça veut dire les hommes. mais en français tu trouverais aussi bantou. pour moto la prononciation change. il y a différents accents.
- c’est dans l’intonation
- et à ce moment là on met des accents dans la phonétique. moto c’est aussi la tête. à kinshasa tu ne comprendrais pas rapidement de quoi il parle. mais pour écrire, juste en phonétique, ça s’écrit pareil.
- et du coup quand c’est écrit tu comprends avec le contexte, il y a pas d’accent écrit ?
- non. et c’est pour ça que moi je ne veux pas jouer à ce jeu de vous apprendre le lingala. on est les kinois, on a une langue qui subit des transformations, que tu n’entendras pas ailleurs qu’à kinshasa. aujourd’hui il y a même des bouquins qui parlent du lingala kinois
- il faut dire qu’il y a plus de 300 dialectes
- moi je trouve ça dommage que tu veuilles pas nous apprendre
- le lingala de l’équateur qui est le lingala original n’a rien à voir ! d’ailleurs tu comprends rien. c’est même pas les mêmes prononciations. en plus les dialectes peuvent changer d’un village à l’autre.
- il y a plusieurs langues au congo quand même ?
- c’est vraiment des langues qui ont des grammaires différentes, Éléonore dit dialecte moi je dis langue carrément
- je suis assez d’accord avec toi; au moins j’ai dit dialectes, certains disent patois !
- on peut regarder la définition de dialecte par rapport à langue
- je crois que dialecte c’est assez juste
Anne cite cnrtl pour la définition de dialecte

A.− LINGUISTIQUE

1. Forme particulière d’une langue, intermédiaire entre cette langue et le patois, parlée et écrite dans une région d’étendue variable et parfois instable ou confuse, sans le statut culturel ni le plus souvent social de cette langue, à l’intérieur ou en marge de laquelle elle s’est développée sous l’influence de divers facteurs sociaux, politiques, religieux, etc. (d’apr. Ling. 1972). Je n’entendais presque rien au dialecte alsacien qu’elle employait (Ambrière, Gdes vac.,1946, p. 36):

1. Récemment, lorsque des dialectologues français se sont réunis pour étudier en commun un plan de relevé des dialectes français par atlas régionaux, on s’est aperçu que chacun avait laissé aux voisins les dialectes de la zone de transition. J. Fourquet, Langue, dialecte patoisds Le Lang., 1968, pp. 574-575 (encyclop. de la Pléiade).

P. ext. Patois :

2. Les hommes parlaient en patois niçard. Je devinais quelques mots. Ce dialecte est très différent de l’italien, que je comprends beaucoup mieux. J’ai l’impression qu’il se rapproche bien plus du provençal, et en général de la langue d’oc. Romains,Les Hommes de bonne volonté,La Douceur de la vie,1939, p. 23.

P. anal. Langue spéciale :

3. Nous allons aussi traiter de l’analyse et de la synthèse (…) en essayant de décrire et d’expliquer, d’après nos principes, les diverses acceptions que ces termes prennent dans la langue commune et dans les divers dialectes scientifiques, mais principalement dans le langage des mathématiques, où ils sont si fréquemment employés, et où ils acquièrent une valeur technique qu’il est curieux de comparer avec celle que les logiciens y attachent. Cournot, Essai sur les fondements de nos connaissances,1851, p. 381.
2. Forme régionale, parlée et surtout écrite; d’une langue ancienne. Comme ça m’est égal, que certaines des idylles de Théocrite soient en dialecte ionien! (Renard, Journal,1895, p. 290).Ce dialecte normand qui fut la langue des plaidoiries, en Angleterre, jusqu’au quatorzième siècle (Morand, Londres,1933, p. 259).

B.− P. ext. Langue officielle particulière à un pays, à une population. Que de beaux livres à écrire, une pièce dans les trois dialectes : alsacien, français, allemand (Barrès, Cahiers,t. 9, 1912, p. 234).Un des premiers besoins du monde international était un dialecte universel (Martin du G., Thib.,Été 14, 1936, p. 37):

4. Il faut donc s’en tenir à l’impression générale que produit l’idiome d’une nation dans son état actuel. Le français, ayant été parlé plus qu’aucun autre dialecte européen, est à la fois poli par l’usage et acéré pour le but. Aucune langue n’est plus claire et plus rapide, n’indique plus légèrement et n’explique plus nettement ce qu’on veut dire. Staël, De l’Allemagne,t. 1, 1810, p. 181.

- donc tout se contredit en gros
- c’est par extension, c’est une arborescence. je pense que dialecte c’est entre langue et patois
- c’est des définitions qui s’appliquent si on part du principe que la langue est une langue de référence. François 1er a déclaré qu’en France, la langue principale serait le français et c’est à partir de là.
- c’est une question fortement politique la question de la langue
- il y a différence entre parlé et écrit aussi.
après il y a un sens péjoratif au patois (définition cnrtl)

1. Parfois péj. Parler essentiellement oral, pratiqué dans une localité ou un groupe de localités, principalement rurales. Patois breton, suisse-allemand. Des prêtres errants (…) parlant seulement le patois de leur village (A. France, Île ping., 1908, p.47).Il a suffi que quelques instituteurs aient été frappés de l’intérêt des patois lorrains disparaissant pour qu’ils constituent les grammaires et dictionnaires des principaux dialectes avant leur extinction (Marin, Ét. ethn., 1954, p.67):

- le lingala on peut le parler dans tous les congos, par rapport à d’autres langues, c’est par rapport à la définition que vous avez dit, ce sont des langues qui se parlent pas dans tous les congos, et c’est pour ça qu’on parle de dialecte alors que ce sont des langues
- et elles s’appellent toutes lingala?
- non ! le lingala tu peux circuler avec dans tous les congos, mais il y a aussi le swahili, etc…
- c’est parce que le lingala est la langue parlée par les militaires en ce moment, avant il y avait le swahili. pendant la colonie, les esclaves forts parlaient swahili. à l’équateur ils ont trouvé des hommes plus forts, qui parlaient lingala, avant qu’on arrive à kinshasa. les colons remontent au nord, et peu à peu cette langue est acceptée par tout le monde. c’est comme ça que cette langue devient la langue nationale
- je crois que c’était à peu près pareil en france, dans les tranchées, les mecs parlaient le français pendant la première guerre mondiale
- ça a été une politique d’état qui a imposé le français comme langue
- c’est là qu’il y a une différence entre la langue parlée par les populations et la langue administrative. à un moment c’était chaque région qui avait sa langue.
- ça s’est passé presque de la même manière, même si on a pas l’histoire coloniale, c’est l’état qui impose cette langue commune à tous
- oui parce qu’il y avait beaucoup de langues en france, presque autant qu’au congo
- l’alsacien et le breton ce sont vraiment des langues je pense
- le provençal et l’occitan c’est pas pareil, mais certains comprennent les deux, il y a des langues qui se mélangent et des zones qui comprennent plusieurs langues
- c’est par rapport aux régions et ça se mélange, alors il y a aussi des langues qui ne peuvent pas se mélanger. après il y a des zones où c’est l’écart total entre les ethnies
- si tu dis « ethnies » tu ne dis pas « langue ». si tu dis « langue » tu dis « peuples ». bon mais…
- Arno tu nous as pas appris grand chose du coup
- apprenez nous votre langue !
- vous avez déjà appris comment vous pouvez dire mbote, là on a appris un mot avec six manières de le dire
- mouais… chuis absolument pas convaincue par ce cours qui n’est pas un cours !
- déjà on peut pas commencer si vous connaissez pas les différentes formes
- tu pourrais penser à un cours plus artistique, non ?
- lelo : aujourd’hui
lobi : demain
awa : ici
kuna : là-bas
yaka : viens

- YAKALELOOOOOOO !!!

- sima : après (mais aussi derrière)
ça dépend du contexte
sikoyo : maintenant
- je suis désolée mais ça on peut le regarder dans le dictionnaire : on veut un vrai cours préparé ! avec une interrogation. c’était l’occasion de faire un truc performatif, t’as fait le truc au vol, c’est très con
- mwasi : femme
mobali : homme
moto : humain
nga : moi, je
yo : toi
biso : nous
biso na biso : entre nous
bino : vous
bango : eux
yoka : écouter
ye : elle ou lui
bima : sortir
- ça c’est un truc qu’on dit souvent dans les taxis !
- telema : se lever
j’ai le dictionnaire à la maison, il faut que je regarde pour te dire comment ça se dit. là je parle le lingala que tu peux parler. telema awa ça veut dire lève toi ici. telema bima ça veut dire lève toi et sors
- ça peut être drôle si on apprend tous à parler lingala
- to bima ça veut dire sortons tous
- suite au prochain épisode, merci à tous
- kata kata : on s’arrête, to kata
- la tonalité est très importante. si tu prononces mal il y a des mots où il faut faire attention
tokata = on baise quand on rigole alors attention !
- makata tout attaché c’est la paume de main, mais c’est aussi la bite
ma, kata ça veut dire tiens, coupe
- on rigole parce que c’est la prononciation, mais bien maîtriser, c’est compliqué.
- la braisière c’est mutalaka, une fois un prêtre voulait parler d’une braisière à la messe mais en pleine messe il a dit mutakala, et ça veut dire nu en fait
- chez les japonais en plus on sait pas ce que ça veut dire !
- attends on a pas dit merci !
- natondo mingi c’est merci beaucoup. c’est ça les kinois. on coupe les mots. on est tellement speed qu’on coupe tous les mots, tout est abrégé et tout est court.

Soudain, une musique retentit :

Image de prévisualisation YouTube
le cours de lingala est fini
- on peut aller voir Paula ?

*********** « WE ARE NOT IN KANSAS ANYMORE » – PAULA ***********

On descend dans le sous-sol.

- voilà, juste pour dire que ça s’appelle « we are not in kansas anymore » et je l’ai pris pour un exercice pour clarifier ce que je disais l’autre fois.
bon j’ai essayé d’être évidente, et compréhensible, peut-être c’est rapide
- moi je comprends rien
- on comprend que tu racontes vaguement une histoire
- la cale a son importance ?
- oui en fait
- c’est don quichotte que tu racontes ?
- non c’est molière. c’est parce que c’est dans la langue de molière
On remonte en algéco 2 pour un débrief.

- on ferme la porte ?
- donc voilà, c’est vrai qu’il y a un problème de son…
- du coup ça crée autre chose, tout le monde était regroupé, comme en prière autour de cette boîte de paella au poisson
- en fait c’était bien de le faire moins fort pour que tout le monde s’approche, j’aurais du juste mettre moins fort. pour redire un peu, c’était une commande faite il y a deux semaines, je sais que tout le monde était pas là. on a fait une commande de la décontextualisation, là je voulais me faire comprendre, je veux pas décontextualiser les objets, je parle du paradoxe de la décontextualisation…
- j’ai rien compris
- juste le paradoxe qui est créé avec ça. t’as pas vu la vidéo. la boîte de paella ça me fait un autre effet de voir ça dans un supermarché pas cher, c’est un sacrilège pour les espagnols, et en même temps je récite un poème de molière, c’est en boucle trois fois, la première fois j’essaie de bien prononcer, la deuxième fois c’est les intonations, la troisième fois c’est les deux. je parle de quelque chose qui est hors contexte et dans ce cas c’est assez simple, mais dans la vidéo d’il y a deux semaines je m’intéressais au déclic.
- et du coup le titre ça en rajoute aussi, ça s’appelle comment déjà ?
- c’est pour ça qu’il y a ce titre, c’est dans le magicien d’oz quand elle (Dorothy) arrive dans le nouveau monde, elle dit ça a son chien quand le monde passe de la couleur alors qu’il était tout en noir et blanc avant. dans le film il y a le début où c’est en noir et blanc et quand elle change de monde, que c’est en couleur, elle dit à son chien « toto, je crois qu’on est plus dans le kansas ».

Image de prévisualisation YouTube

je joue avec le cliché de cette phrase, je pense que pour les américains c’est autre chose. le poème de molière c’est un poème qu’il a écrit au roi. molière a cinq poèmes, pas beaucoup plus. c’est une lettre qu’il a écrit au roi, je lis très mal la poésie en espagnol aussi. j’espère que vous allez comprendre.

Au Roi, sur la conquête de la Franche-Comté
Ce sont faits inouïs, GRAND ROI, que tes victoires !

L’avenir aura peine à les bien concevoir ;

Et de nos vieux héros les pompeuses histoires

Ne nous ont point chanté ce que tu nous fais voir.

Quoi ! presque au même instant qu’on te l’a vu résoudre,

Voir toute une province unie à tes États !

Les rapides torrents et les vents et la foudre

Vont-ils, dans leurs effets, plus vite que ton bras ?

N’attends pas, au retour d’un si fameux ouvrage,

Des soins de notre muse un éclatant hommage.

Cet exploit en demande, il le faut avouer ;

Mais nos chansons, GRAND ROI, ne sont pas si tôt prêtes ;

Et tu mets moins de temps à faire tes conquêtes

Qu’il n’en faut pour les bien louer.

- après les cales, j’ai pas trouvé l’original mais c’est la couverture d’un cahier qu’on donnait au collège avec l’espagnol ancien pour qu’on connaisse l’histoire de don quichotte, très fin le cahier, pas plus de 30 pages, j’utilise ça comme cale. au lieu d’utiliser un sujet qui m’est extérieur, j’ai utilisé un sujet qui m’est propre
- t’as superposé quatre clichés, pourquoi ? le socle, c’est autant un cliché que la paella, que don quichotte, mais je comprends pas, si ça se superpose, il n’y a rien après
- la dernière fois j’avais montré quelque chose sur quoi je travaille avec le même protocole, mais sur quelque chose qui m’est extérieur. pour moi l’objet c’est la boîte de paella, voir cette petite voix en france, la paella a été fabriquée à luxembourg, et ça me fait beaucoup d’effet, je trouve qu’un objet décontextualisé veut dire beaucoup de choses, dans les dieux nous sont tombés sur la tête, ça parle de la bouteille de coca qui tombe en afrique dans une tribu, un petit objet peut changer beaucoup de choses.
- le problème c’est que si tu ne nous dis rien, on a pas les clés; et c’est pour ça que je suis d’accord avec Lucille, ce qui était intéressant c’était ce groupe de gens qui s’approche de la boîte de conserve sur un socle, on ne sait pas que c’est du molière qu’on entend, il faudrait le deviner ou être super calé sur molière. la cale don quichotte qui est ton référent ? ça on ne le sait pas non plus
- molière est en haut et don quichotte est en bas
- oui parce que je ne parle presque plus espagnol par rapport au français
- et je ne comprends pas du tout le titre, we are not in kansas anymore
paula : pour moi c’est la clé. je ne sais pas si tout le monde connait, mais imagine que tu vois ça, we are not in kansas anymore ça veut dire qu’on est loin de chez soi, il y a la cale de don quichotte qui veut dire que je suis espagnole, je voudrais être littérale et compréhensible.
- tout le monde ne comprend pas le titre, et ça peut être pris de manière très littérale, c’est comme une énigme ton truc.
- j’aime bien l’idée d’anagramme, mais il faut que la personne ait les mêmes références que moi, je pensais que tout le monde connaissait le magicien d’oz. c’est la paella sur un socle qui me fait un déclic, c’est pour me faire comprendre que j’ai fait ça, c’est bizarre de la trouver là, et je pense toujours que c’est clair.
- t’as absolument pas suivi le protocole de la commande. on avait dit pas de texte, de la performance, dans ton cas j’aurais trouvé ça pas mal que tu honores le protocole
- parce qu’on avait parlé de décontextualisation et moi je vous ai dit que je parlais déjà des choses qui sont hors contexte
- à un moment tu as parlé de protocole pour ton travail, et du coup j’aimerais que tu explicites ça, tu sembles dire que c’est automatique et ça me questionne.
- protocole c’est pas le mot, toutes les vidéos que je vous ai montré étaient d’époques différentes, il y a toujours un objet ou un accessoire sur lequel je me suis centrée. la bouteille de coca dans le film, dans les années 20 on allait à la plage juste pour se promener, pas pour se baigner, chose qu’on ne comprendrait pas aujourd’hui, il y avait le dispositif de l’appareil photo qui prend la photo du soleil qui apparaît noir et la dame qui a pris la photo croyait que c’était dieu. on ne s’attendait pas à voir ces choses là, et un petit détail hors contexte peut produire quelque chose. je m’appuie sur de la mémoire collective. dries van der hoven, ceci n’est pas une mère, lui il parle des femmes qui ont des enfants beaucoup plus tard, et que c’est européen, chez moi, c’est le contraire, les filles à 15 ans ont des enfants. il disait que c’est de plus en plus compliqué que les femmes aient des enfants de plus en plus tard. toutes mes copines qui ont trois ans de moins que moi ont des enfants
- ça m’étonne un peu, je trouve ça pas pardonnable (pas le bon mot) que tu saches pas que tout le monde ne comprenne pas nécessairement we are not in kansas anymore. d’autre part t’aurais pu te débrouiller un peu mieux pour qu’on comprenne mieux la langue de molière, pas d’excuses. si on comprend pas, en plus, cette phrase elle dit des choses. c’est une lettre au roi, c’est pas n’importe quel poème. quel sens tu lui donnes, il y a un lien entre le socle, ce poème, la cale don quichotte, il y a trop de choses et elles se brouillent. on dirait que même toi t’as pas conscience de toute la polysémie possible, on dirait un surréalisme contemporain, où tu prends des éléments, tu les assembles, et voilà. et en même temps, dans ton discours, le positionnement est pas très clair, donc c’est super difficile, je ne sais pas comment t’orienter dans ce truc. je vois bien que tu es inquiète, sur la perception, mais bosse ! t’avais deux semaines, en deux semaines t’aurais pu faire un son génial ou un son pas génial ! mais pour que ça marche, il faudrait qu’on reconnaisse que c’est la langue de molière
- peut-être pas forcément dit par toi, peut-être qu’il faut un français pour dire ça ?
- il y a des solutions pour faire ce cheminement que tu as fait. « c’est la langue de molière, c’est pas ma langue, je me retrouve dans la boite de paella », on peut être polysémique sans être confus. et comme Bruno a dit, l’histoire du socle. pourquoi pas, mais du coup il y a tellement d’éléments ! et le truc qui fonctionne, qui est chouette c’est qu’on est tous comme des cons qui écoutons la boîte de paella, qui devient une métaphore, c’est presque un autoportrait, on essaie de comprendre ce que tu dis
- pour moi cet objet veut dire beaucoup de choses mais je voulais pas tout vous raconter, j’ai un bon copain français qui m’appelle paula paella. pour moi ça a beaucoup de sens, mais je l’assume comme quelque chose de déjà compris, j’assume que vous savez que don quichotte et la paella ça veut dire quelque chose pour moi.
- c’est pas grave si on comprend pas tout c’est bien le mystère
- en voyant la chose et ce que tu dis, ce sont deux choses très différentes. une boite de conserve sur un socle, une boite de conserve qui parle. moi je vois pas molière
- ça veut dire que cette pièce est visible uniquement pour quelqu’un qui te connait ? pourquoi t’as pas mis un cartel ?
- moi je pensais que vous auriez tous rigolé avec le cartel
- le cartel est aussi conoté que le socle. même niveau.
- comment tu l’as pensé au niveau du temps, tu voulais le présenter hier, ton espace, comment tu pensais le présenter, parfois quand tu arrives tu as une idée et ça ne marche pas par rapport à l’espace donc c’est pas l’idée du départ. au départ comment tu l’avais pensé ?
- 5 minutes avant que vous arriviez j’ai monté le son dans la boîte
- et le socle ?
- le socle je le voulais tel quel, je savais qu’il était à l’école et qu’il se fonde dans le décor. je voulais le vide, juste magnifier la paella et la cale don quichotte
- travaille l’éclairage alors aussi
- oui je voulais quelque chose qui écrit le socle
- c’est pas la première fois que tu fais quelque chose où on ne comprend rien au niveau de la qualité du son, quand il y a ta voix, même si tu fais un travail sur la langue et la traduction ça n’explique pas le fait qu’on ne comprenne pas ce que tu dis.
- oui mais je ne sais plus qui était avec moi et avait bien compris la chose, mais avec les vestes des gens, ça fait du bruit alors j’ai monté le son.
- tu avais quinze jours. donne toi les moyens, sinon on ne pourra pas t’inscrire au diplôme.
- ok j’ai compris et je suis vraiment en train de faire gaffe techniquement, mais j’ai paniqué, je suis consciente de ça qu’à chaque fois il y a des problèmes techniques
- prends plaisir à le faire, sinon c’est que c’est une contrainte, et si ça te fait chier c’est que t’es pas à ta place, si tu fais des choses mal faites vite fait, dans ce cas là fais en plein ! ça peut devenir un propos, dans le bien fait mal fait pas fait, défends le conceptuellement. ne te justifie pas comme une petite fille qui n’a pas eu le temps de faire ci ou ça. soit tu te donnes les moyens et tu y vas dans l’expression contempo pour reprendre l’expression d’Arno, et tu lis les formules magiques du contempo
- oh non…
- apprends la formule, elle est imprenable. dans la première année, il y a des gens qui font des choses vides de sens, et ça marche très bien, mais là teste des trucs. il y a des qualités, mais est-ce que tu les vois ?
- j’assume que ça ait l’air bricolé, foutu comme ça, scotché et l’année dernière ça a bien marché dans mon installation, et je savais que cette installation on allait me dire que c’est très dernière minute, très art contemporain, mais je voulais vraiment une boîte de paella qui parle ! j’ai fait trois mille prises, dans tous les sens et…
- c’est un autoportrait. t’es d’accord ou pas d’accord ?
- oui je suis d’accord
- tu veux pas faire un mémoire d’excuses ?
- on dirait que tu anticipes ce qu’on attend de toi
- tu devrais pas te braquer, tu devrais écouter
- moi j’aime bien
- mais moi aussi, c’est ça le pire ! mais pas pour les mêmes raisons qu’elle
- il y a un truc que j’essaie de comprendre et ce depuis la troisième année, il y a un problème de communication, de transmettre ce que tu veux faire, il y a un problème de langage. peut-être que tu réfléchis en espagnol, tu produis des choses que tu n’arrives peut-être pas à traduire dans la création et ça peut être aussi dans les problèmes, peut-être ?
- tu dis que t’as trop galéré à ce qu’on ait un bon son, on sait que la boîte de conserve fait pas un bon son. tu te pièges toi même. c’est même pas dans le rapport à nous, c’est dans l’objet que tu choisis
- mais même quand tu nous as lu le texte là
- tu l’as enregistré sur un téléphone portable, diffusé sur un téléphone portable, c’est aussi, je crois, que ça t’intéresse d’avoir des outils pourraves que tout le monde utilise.
- ça fait deux fois que je te vois, tu te défends mal. les remarques c’est à prendre. l’espace que t’as fait a bien fonctionné. mais quand on te fait des remarques, tu dis « c’est ce que je voulais faire et ça a pas marché » et c’est là qu’on t’attrape.
- tu peux demander à quiconque ici de français de lire le texte, tu peux le mettre au plafond, tu as mille solutions
- aujourd’hui il y a un grand nombre de positions possibles à être un artiste. j’ai l’impression que t’as une vision de ce qu’il faudrait faire pour être un artiste, qui ne correspond pas tout à fait à tes désirs profonds, et c’est là qu’il y a un décalage très énervant. tu tends vers quelque chose qui n’est pas tout à fait toi, qui crée une confusion interne et qui te met en porte à faux avec les autres. où veux tu te positionner dans cette réalité là, je dis pas que tu vas trouver la réponse, mais il y a un moment où il faut se la poser, se mettre en risque et tester des choses. il y a de la parole qui circule, ta position d’artiste ou d’artiste en devenir n’est pas toujours très claire, tu hésites, des choses que j’ai entendu.
- tu défends ton truc comme quelque chose de nouveaux médias, comme si c’était une super enceinte qui avait pas marché alors que c’est un téléphone portable.
- c’est quelque chose que j’ai créé pour vous ici seulement
- comment tu te projettes dans deux ans ?
- je vais continuer ce que je fais aujourd’hui, avoir un CAPES au cas où je meurs de faim, j’aurai mon CAPES, mais je veux travailler dans tout ça. sûrement en france.
- ta vision en tant qu’artiste c’est de faire des expos, du curatoring, enseignante ?
- je pense que j’ai pas fini d’apprendre
- quand on est en dernière année, on est censé se projeter sur son travail
- on est dans une situation où on inscrit ou pas les gens au diplôme. il faut un coup d’accélérateur total selon la voie que tu as envie de prendre et pour l’instant cette voie est brouillée.
- c’est pas qu’elle comprend pas ce qu’elle voulait, c’est qu’elle dit aussi « ah c’est ça que je voulais »
- on ne parle pas de ça, est-ce qu’elle a en tête de faire une vidéo sur youtube ?
- ça vaut combien la pièce que tu nous a faite ? peut-être que Freddy veut l’acheter
- combien tu donnes, Freddy ? il y a un téléphone dedans !
- je donne 20euros. tu as l’espace que tu choisis, tu sais combien de personnes vont venir, quand on essaie les choses, quand on veut présenter quelque chose on essaie. toi tu te défends, je sais pas si tu la représentes la prochaine fois. si tu écoutes les remarques, tu vas l’améliorer !
- on t’a répété dix fois la même chose et tu fais ce qu’on te dit de ne pas faire
- non, c’est une question de discours. peut-être que c’est ce que tu veux, faire du son avec une qualité merdique, assume le si tu veux. tu peux faire de l’art contemporain avec une qualité de merde.
- la prochaine fois je dirai ok que c’est voulu
- on te demande pas d’inventer !
- en tout cas je trouve que dans cette pièce il y a plein de trucs qui sont pas mal. mais dès que tu parles on a envie de partir en courant. t’es énervante !
- mais je parle à un public pas comme je parle à vous
- tu veux pas essayer de la refaire ?
- tu la refais pour dans quinze jours. ou tu peux faire une autre pièce mais au moins tu photographies celle là avec un petit texte. je pense que c’est important de prendre de la distance par rapport à son travail.

*********** DOUBLE CURSUS, DÉMÉNAGEMENT DE PIÈCE, BARBE BLEUE, FILM DANS LE FILM MAIS PAS TROP NON PLUS – ANAÏS ***********

- je ne montre pas une pièce finie, mais peut-être dans 2 ou 3 mois. j’ai perdu mon ordi, j’ai perdu toutes mes données… vous vous souvenez de mes pièces en cire ? j’ai construit une maison en maquette à partir d’espaces mentaux, j’ai sorti une pièce de cire par pièce de la maison. à l’intérieur c’est rouge.
- mais comment on voit a l’intérieur ?
- et t’as pas d’images?
- t’as tout perdu?
- et le backup ?
- le backup était aussi sous la pluie…
- deux copies de son disque dur…
- donc ces pièces de cire, la façade était ouverte comme un immeuble en coupe, donc on voit l’intérieur. ça a donné 6 pièces de cire, et elles étaient présentées avec des projos de théâtre, sachant que c’était en rapport avec l’opéra de barbe bleue, c’est un opéra de bartok, et la femme, judith, entre dans le château, chacune des portes est un espace mental
- chaque figure en cire est une pièce ?
- oui, il y en a une très grande et horizontale, il y a une pièce avec un couloir, la maquette est large comme la table de hf, 120 x 50 et 50 x 70
le projet était une installation dans l’espace général, la maquette cassée, mais là je veux vous présenter la suite. je pars d’une pièce en cire,
Anaïs montre ces plans ci. Désolé pour les qualités d’images, c’est pris du téléphone portable :

IMG00136-20131030-2037 IMG00137-20131030-2037 IMG00138-20131030-2038 IMG00139-20131030-2039 IMG00140-20131030-2043 IMG00141-20131030-2045
- la pièce sera entre les deux galeries, dans le prolongement mais au milieu. quand on rentre dans le palais des études, sur la droite et la gauche il y a deux galeries.
la pièce est conçue pour cet espace alors c’est important.
il y aura une pièce en cire bleue, -> voir schéma
sculpture prise dans la plaque sur les murs. la boîte à l’extérieur qui fait deux mètres sera peinte en huile bleue très grasse, et à l’intérieur il y aurait des bas reliefs en plâtre, c’est un storyboard. on est face à la fenêtre, on se rapproche, on passe par la fenêtre et quand on sort de la fenêtre c’est plus en bas relief, ça devient de la peinture à l’huile, puis on retourne vers la même fenêtre. le temps que je fasse ça ce serait dans deux mois à peu près, et l’espace fonctionne de la même façon. on commence par l’intérieur, puis on voit l’extérieur, puis on retourne à l’intérieur. tout marchera ensemble, un bruit sourd sortirait des galeries qui seraient fermées
- t’es sûre que ça fonctionne dans le circuit ?
- là je t’ai présenté qu’une ligne de bas relief, mais il y en a quatre. c’est une espèce de grotte dans laquelle on rentre
je ferai un grand format pour mieux expliquer tout ça dans quelque temps.
- et tu mets des lumières à l’intérieur ?
- j’y ai pas encore réfléchi. j’ai pas envie de plaquer des trucs théoriques, j’ai envie que mon travail plastique fonctionne avec. je pense qu’il faut d’abord que je fasse la boîte de droite, un espace, voir comment il marche avec ce que j’ai fait avant
- je vois un lien avec une grande boîte qui montre l’espace quand je suis sorti avec la petite boîte ?
- il y a une espèce de projection oui. je vous enverrai une image par mail
- elle est posée au sol la pièce ?
- oui
- et il y a pas de sol ?
- la pièce en cire a un sol
- pour moi c’est un espace de circulation où tu poses deux volumes, c’est un espace où tu vas en cours aux beaux arts ?
- l’espace derrière ne sert que quand l’école est louée pour des défilés maintenant.
- c’est assez monstrueux ce projet, t’as des bas reliefs, de la cire, mais tu ne veux pas nous parler du sens, donne nous un peu quelque chose, parle nous simplement
- les galeries sont réservées par les étudiants de manière gratuite, et ça peut être loué pour des défilés, l’école est un monument historique
- tu immobilises deux énormes galeries vides, et l’espace au centre, seulement pour quelque chose au centre. c’est important quand même.
- il se passe rien en même temps ?
- non c’est pas dans le cadre d’un événement. il ne se passe pas grand chose.
- tu pourrais le remonter ailleurs
- oui mais c’est fait pour cet espace. alors si je dois le refaire je vais devoir changer des choses.
mémoire de l’antiquité avec ses temples vides. pour les grecs et les romains, dans l’espace vide des temples, ils s’inventent des histoires et placent une scène. c’est pour ça que je fais ma pièce dans l’espace entre les galeries et pas dans les galeries. comment un non lieu peut être un objet de la pensée
- non lieu = hétérotopie ?
- c’est pour moi le sens que didi huberman donne quand il parle de parmiggiani
- en même temps t’es très littérale dans ce que tu dis
- je voulais faire en sorte que les gens se projettent un espace mental dans mes pièces précédentes. ici je teste exactement le contraire. et c’est effectivement très littéral
- on va se retrouver  avec deux pièces qui ont des bas reliefs. par rapport aux temples grecs, de ce que je sais, il y a quand même tout un travail sur les sculptures.
- quand cicéron reprend l’art de la mémoire, il dit que la toge peut faire penser à quelque chose
- donc c’est sur des espaces mentaux et pas physiques ?
- ça se place mentalement dans un vide d’espace physique
- t’as l’air de savoir où tu vas mais c’est un sacré truc. le bas relief en plâtre, le jardin en peinture, la cire, les temples grecs, l’intégration du contexte de cette galerie qu’il faut réserver au beaux arts, est-ce que c’est le non lieu dont tu nous parles, lieu historique qui est pour les étudiants mais en même temps loué ?
Fausse Chanterelle pense au sacrifice de tarkowski, eddie bucher
tu places cette pièce dans un lieu historique avec ces règles, j’ai du mal à tout voir
- si je vous en parle c’est parce que j’ai découvert la sculpture, j’ai très envie d’en faire, et j’ai envie de faire une grosse structure, je sens qu’il y a une fragilité dans ce projet, il faut que je commence à le faire
- je pense que t’en as pas fini avec ça
- oui, et mon diplôme était plein de pièces simples, avec des circuits fermés, j’avais beau tout penser conceptuellement, des choses plastiques émergeaient sans que je le contrôle et j’ai envie de faire l’inverse.
- est-ce que c’est par le travail de la cire que tu vas y arriver ?
- ça tu le fais dans le cadre de ton atelier aux beaux arts ? parce que j’ai pas suivi toute l’histoire du double cursus
- je rencontre quelques profs, il n’y a pas de sujets, je fais mon travail.
- pourquoi cette envie de faire les deux écoles ?
- j’ai passé le concours des beaux arts au pif et je l’ai eu, je passais le concours pour m’amuser, j’en avais marre de vivre à strasbourg et je conçois les beaux arts comme un atelier que je paye 400€ l’année. je voulais aussi prendre du recul sur hors format. si je restais là 5 ans, j’aurais seulement fait des mots, de la performance, et l’apport volume que j’ai aux beaux arts me plaît. par contre l’enseignement des beaux arts ne me plaît pas.
- c’est pour l’espace.
- oui c’est un peu ça
- est-ce que l’administration est au courant ?
- oui. après au niveau du mémoire, nicolas fourgeaud avait l’air content de travailler avec didier semin mon tuteur de mémoire de paris donc c’est super
Lentin de Schaeffer parle de la maquette sketchup d’Anaïs, probablement son travail sur le rêve de première année
- pragmatiquement, nous on est censés suivre le travail que tu fais aux beaux arts d’après des croquis, des photos ?
- mon but c’est de pouvoir montrer en vrai ici, à chaque fois je vous montre des trucs pas en vrai, quand j’aurai le budget je ramènerai les boîtes
- est-ce qu’il y a un endroit qui te semblerait approprié pour nous montrer quelque chose cette année ?
- le contexte du double cursus, quand tu construis dans des espaces très singuliers et particuliers, ramener cette pièce ici, il y a un truc qui m’échappe. du coup ça rend ton travail très formel. tu parles de l’espace mental et des temples grecs
- tu connais mon boulot depuis longtemps, pour moi c’est très lié à ça même si c’est abordé d’une autre manière, les choses que je fais sont toujours pensées dans un espace précis. du coup je sais pas trop quoi dire.
- mais tu dis que tu vas le déplacer
- oui
- pour faire plaisir ?
- est-ce que c’est l’objet, le déplacement de l’objet qui font partie du travail ? cette ruse, je sais qu’il y a plus que ça dans ton travail, mais je me demande si t’es pas en train de nous enfariner pour avoir deux diplômes ?
- je ne me suis pas encore posé la question. je voulais un jour faire rentrer la maquette des beaux arts dans la maquette de la cave. me questionner pourquoi j’ai deux espaces et pourquoi ma production est différente dans deux espaces.
- c’est super intéressant que tu sois aux beaux arts pour le côté plastique et en hors format pour la pédagogie, dans le travail il y a un espèce d’aller retour.
- je crois qu’il me faut un peu de temps
- t’as déjà fait ton choix, en fait. tu veux deux diplômes.
- peut-être que le projet du diplôme de strasbourg c’est d’avoir deux diplômes ?
- j’ai fait un mois de stage à l’opéra. et quand je disais que j’étais aux beaux arts, ils disaient… »ah. » mais quand je disais aussi que j’étais aux arts décos de strasbourg ils disaient « ah !!! »
- moi j’aimerais bien être à ta place
- j’en avais ras le bol de strasbourg, c’était un coup de tête, et voilà.
- fais quand même gaffe aux histoires de crédits
- c’est bon, je valide dans les deux, je fais deux cours d’anglais, deux séminaires de mémoire… Sinon il y a un autre projet de scénario, ce que j’ai très mal présenté à la moulinette
- ah oui t’étais en skype
- et on riait bêtement de l’autre côté
- le scénario c’est l’histoire de deux hommes qui font un film, un qui est un peu comme Marc Boudeau, qui observe beaucoup de choses, et l’autre est très introspectif
- comme Victor c’est ça ?
- pourquoi pas ? mais le truc c’est que le Marc Boudeau perd la vue, et du coup c’est l’autre qui va filmer. j’aurais aimé construire tout le décor maquette, avec les espaces côte à côte, j’aurais sûrement envie de réaliser le film, mais j’aimerais aussi proposer ce scénario et ce cadre à des artistes vidéos que j’aime bien, cinq ou six qui ont la même bande son, le même décor, et qui filmeraient le film des deux hommes. le décor est en échelle maquette.
- est-ce que tes deux personnages sont dans la maquette ?
- le film des deux hommes est dans la maquette. mais le film global est échelle un.
- dans ton film, on ne verra pas le film des deux hommes ?
- je sais paaaaarrrrgh… tel que je le conçois c’est deux choses différentes mais je sens que je vais finir par intégrer les deux films. mais j’ai pas envie de faire une mise en abîme de mise en abîme de mise en abîme
- c’est super tautologique, mais pourquoi pas

*********** LE COURS EST FINI POUR AUJOURD’HUI ***********

- Aliette, pour ton cours de dessin, si tu veux qu’on amène du matos dis le nous à l’avance
- j’ai plein de crayons à vous prêter. mais c’est pas un cours, hein !
- ahah, alors on sait qu’il faudra utiliser des crayons
- un cours ou un atelier si tu préfères
- j’ai un peu une idée mais c’est une expérience un peu
- on l’a pas fait beaucoup et les fois où on l’a fait c’était assez chouette

 

CHRONIQUE D’AGENT MARIE CURIEUSE$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$
Mercredi 13 Novembre

//Agent Modificateur a effacé les deux premières phrases//

On va débrifer les chroniques

Ooh finalement, on va peut-être voir Manu sur skype

C’est possible avec la Carte Kiwi

On parle d’un graffeur handicapé qui peut dessiner avec ses pupilles

On a des décisions très graves à prendre: Est-ce-qu’on scinde les chroniques ?

on branche manu

$$MANU$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$

Wouuuuuuuuu

Aprés behind back organisé par Kevin Senant, il veut continuer l’échange entre Strasbourg et Boston en ré-organisant un festival de performance sur Skype en décembre

Contrainte, pièce en continue, processus de création

Se faire rencontrer des artistes

Direct

Performances, vidéos, textes

L’écran est une pièce en continue

Dans trois semaines

 

 

Je suis un peu a la masse, je m’y suis pris trop tard mais je pense que c’est possible de le faire; 6 participants, si on parle pas très bien anglais, échange avec des images

 

Alternative à skype, mais sa marche pas si bien que ça…

Triple streap? OOO je ne suis pas sûr de ça, dans mon école…

 

Flux d’images, webcam, l’ustream, pour les performances, il faut absolument tester avant, il faut apprendre à maitrîser les outils de travail, créer les binômes le plus vite possible

Contraintes; performance; une caméra, pas d’images en différé

 

 

Bacillus Subtilis et Pierre Mercier avaient déjà testé ce processus

Faire Strasbourgeois balance un protocole a Boxtonien, et vice&versa (ou partition)

Écrire, traduire, dessiner la partition

Pas de réelle intervention au moment où les performances sont jouées, mais en amont

2 versions différentes, le protocole écrit et l’interprétation

 

Boxtoniens, bilans pas trop de temps, ils peuvent peut-être travailler en envoyant des images, des trucs comme ça

 

Chacun travail de son coté et le jour J, celui qui a écrit le protocole présente le truc

ou bien nous nous mettons en binôme et chacun est libre, ou bien nous créons un protocole…

 

3 semaines, c’est extrêmement rapide

Proposer d’envoyer des images pour réussir à communiquer avec son adversaire

 

performance créative? Dispositive performatif collectif ?

 

Pour l’instant, Manu, ce dont il nous avait parlé, ce sont des binômes mais qui sont indépendants l’un de l’autre.

 

la seule règle du jeu, ils ont une semaine pour créer un truc à deux et au moment de l’évennement

 

dispositive technique plus que protocole; 2 écrans, …

 

plan b; si la communication entre les binomes ne fonctionne pas, protocole pour tout le monde

 

si j’ai bien compris le résumé,  se n’est pas une série de performances

mais non mais non

 

il y aura des performances

 

une des règles du jeux collectif doit être de faire une performance?

 

Anne j’ai pas dit de le faire

 

Échange, déja une performance collective

 

Je ne suis pas un performeur né

 

T pret, je te l’envois j’ai fait une image de ca

Ma classe elle va fermer il faut que j’aille a l’extérieur

C plus classe

que l’algéco

Ben oui ils ont plus de tunes a 25 000 dollars le semester

Mais toi tu paies rien?

Ben non pour moi tout est gratuit

 

Foire d’art contemporain, du coup j’ai cru que c’était ça le projet de Manu

Confusion du projet par avion

Je sais pas qui sont les gens qui ont créé ce truc

Pourquoi est ce qu’on irait pas la bas pour leur voler leurs images?

 

J’étais persuadé que c’était un de vous qui a écrit ce truc

Lentin de Schaeffer est invité a cette exposition en tant que journaliste

Un projet qui se déroule maintenant entre des artistes de Strasbourg et de boxton (autre ) l’expo est ce weekend

 

Marc boudeau, performance sur la Syrie,

Choix du binôme, manu qui choisit,

Tirage au sort? Partir sur le hazard

Un chapeau Strasbourg, un chapeau Boston

Je connais le travail des gens, mais ce sera très subjectif

Une fois que les binômes sont faits, on communique seulement entre binôme? Oui

Est ce que les performances sont faites le jour J ou elles sont filmées à l’avance

Il y a des binômes qui vont apprendre à se connaître (ha ouais tu es américain ben c’est dommage pour toi haha)

Une pièce qu’ils vont réaliser durant ses 4 heures là. Montrer du Live

Ca peut être une performance à deux, pré-enregistrée

 

La police est mise en place

 

Attend Lentin de Schaeffer veut dire un truc

 

Si ça marche, c’est la première étape ou l’on voit les coulisses, ce qui bugue, les problèmes…

Comme ca, on apprend ce qui marche ou pas, puis une seconde étape ou l’on peut régler ces soucis

C’est bien c’est marrant comme solution !

Ne vendons pas la peau de l’ours, on n’est pas encore au futur, on a rien élaboré encore

Moi je trouve que c’est bien de montrer les coulisses, peut-être que c’est bien peut-être pas

On a 2 écrans, un qui est le spectacle, ou 2 ou plusieurs écrans qui montre les gens en train de se préparer à ce spectacle.

Non non non c’est pas ça !

J’ai pas compris ce que tu disais

On imagine qu’il y a un autre écran dans chaque lieu, tout a déja commencé, mais on a un autre écran qui montre les gens en train de se préparer en parallèle

D’accord Manu, mais imagine qu’il y ait quelqu’un qui veuille faire un dinosaure rouge dans un écran, et un autre un dinosaure vert

Échange pendant la performance? Est que tu es prêt? Gnagnagna

Pendant qu’un binôme performe, on voit les autres binômes en train de se préparer

Tout le monde est partit.

Non non ils sont aller fumer une clope

Bacillus Subtilis, je pense que ça peut être chiant

Il faut pas que je parle trop parce que je l’ai deja fait pleins de fois, je veux pas être castatrice, c’est trop facile pour moi d’etre comme ca…

Moi je pensais vraiment avoir un public, vraiment une exigence par rapport à un public

Construire un rituel, justement Aliette l’année prochaine elle va à Boston. !

Manu tu reviens quand?

Je sais pas j’ai oublié de m’inscrire à l’école mais je pensais rentrer vers mi-Janvier

On en parle vite mais tu dois régler ce problème, tu peux pas perdre une année

Tu peux négocier

On essaye de construire un truc qui est pas trop chiant,

Je propose qu’on passe au cours de dessin

TATATTA ON PASSE TRES BIENTOT AU COURS DE DESSIN

 

$$$ALIETTE$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$

Tu prends les  rènes;

S’il vous plait !

 

REGLES :

Autour d’une table, devant une longue bande papier et des tas de feutres classés par couleur

L’un après l’autre vous allez dessiner le dessin de la personne en face de vous. Donc Chen,le premier, dessine à partir des images qui sont accrochés au mur derrière moi ( banque d’images de collection d’Aliette ), puis Silvio en face redessine le dessin de Chen dans le même sans que celui de chen ( donc à l’envers pour Silvio ) et ainsi de suite.. Marc redessine le dessin de Sivio et on zigzag comme ça jusqu’au bout de la table.

On fait démarrer un autre dessin de l’autre bout de la table. c’est comme un téléphone arabe en dessin, car vous ne dessinez pas la représentation d’un crocodile mais les lignes qui le compose.

 

Arnaud, ca y est j’ai fais un merveilleux crocodile!!

Il est quand meme moins bien que celui de faustin

 

Ques que c’est que cette bite?

 

Chen c’est très beau

 

Le message c’est Silvio, prend pas de libertés c’est ca?

 

Qu’est ce que tu dis toi?

 

Ca pourrait être un petit Coeur

 

T’as une trousse Liddle?

 

Ben nous on vous envoie des choses aussi, je pense

 

Vous nous envoyez tellement de trucs

 

On a tout d’un coup

 

D’accord ben je le met la, je le déplace

 

Et oh!!

 

C’est le dinosaure d’elena que tu as fait ici?

Non c’est un dinosaure

Arnaud il a pas fini

 

Vous avez fini celui la?

Marc tu triches

 

Oh my god

 

Marc on copie pas bon sang

 

Oh iliana!! Salut! Ca va?

 

J’ai fait ce bout, et je ferais ca une fois qu’arnaud aura terminé

 

Aliette on a fini une feuille

 

Tu dessines sur mon dessin

Mais heu, c’est a dire heu…

 

Il y a une feuille qui a disparue

Aliette!! Elle a pas finis Bacillus Subtilis

 

A parce que Bacillus Subtilis dépasse dans ton dessin?

Ah d’accord, c’est ca qui se passe

 

Ah merde!! OH MERDE

 

Putain en plus je me faisais trop chier pour faire les signes a l’envers

C’est yooshi

 

Il y a ca faire

 

C’est qui qui a colorié les dinosaures ?

 

Arnaud arnaud il y a des choses a faire

 

C’est à cause de mon dinosaur

C’est bien de pouvoir voyager à travers les dessins

 

C’est qui après moi,

 

Elle dit tout ce qu’on dit

 

Ah oui c’est ca qu’on aurait du faire mais de toute façon au point où on es est

Les règles c’est les règles

 

A putain, c’était une caméra de surveillance ce truc?!

 

Attend attend y a un problèm, aliette c’est dans l’ensemble, lui il est là

Attend attend le papier toilette là il se déroule sur le bas et là sur le haut

 

Lui il est vert et lui il est vert, et lui il est vers le bas

 

Mais c’est marc qui a foutu le bordel, il crée des effets de style

 

Ca commence là

 

Est ce que c’est un personnage avec une grosse bouche ou une femme avec un voile?

C’est la bouche qui devient une espèce de dame

 

Pas mal

 

Alors

Retour à la réalité ou ou ou ouuuuuuuu

Oh mon dieu!! Oh c’était ca au début!!!

 

C’est là, c’est le début là

 

Ah ouais c’est transformé petit a petit

 

Il est super celui la

Meme celui la aussi

 

On peut en acheter?

 

Est ce que vous voulez en refaire un?

$$MERCI ALIETTE$$

 

Tu nous explique un peu?

 

Un procédé que j’avais testé, de dessiner a l’envers, c’est intéressant de dessiner a l’endroit et à l’envers, ça a marché

La semaine prochaine on a l’expo champignon

 

$$ORGANISATION HF DES SEMAINES QUI S’ENSUIVENT$$$$$$$$$$$

$$PRESENTATIONS, EXPOS, FETE DE NOEL (…)$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$

On est pas sûr de pouvoir le faire la semaine prochaine

Qui y participe?

 

C’est la semaine prochaine normalement

 

C’est pas possible la semaine prochaine?

 

 

Ils n’ont pas encore commencé a bosser dessus, mais ça pourrait être plus tard. Ils ne peuvent pas le faire dans 3 semaines puisque qu’il y aura le projet de Manu

Nous sommes 7 pour l’instant à y participer.

Normalement, il devait y avoir l’expo champignon la semaine prochaine, avec Dominique et lidwine, et dans 2 semaines MANU (tout le monde sera la, philippe et joackim aussi)

 

Est ce qu’on fait une petite fête de noel comme chaque année?

 

Champi le 20

Ensuite manu le 4

 

Il n’y a que 4 personnes qui vont participer a l’expo champi

Ce sera une petite expo champi a 3

 

Silvio va présenter une video de 15 minutes la semaine prochaine

 

Elena 11 décembre performance

18 décembre soirée noel

 

la semaine prochaine préparation de la fête de Noël + mini champi

les profs veulent pas faire l’expo champi

pour la semaine prochaine, on réfléchit a la fête de Noël

fête de noel: grosse expo champi

 

c’est parti pour les présentations des boulots

 

$$CHEN$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$

 

« pendant l’été avec ja, on a filmé des centres de villes, les caméras de surveillance, on fait une vidéo installation dans un espace d’art, on a installé sept moniteurs

il y a pas de son (il montre une vidéo)

 

on imitait les videos surveillance, qui filment des animeaux d’une ferme

en chine on ne peut pas transporter les animaux dans le métro

ca c’est une vraie camera de surveillance

 

ils ont récupérés les cassettes des cameras surveillances du batiment

( entreprise de television, l’équivalent de france television en chine)

 

installation; 2 moniteurs et une camera derrière, le moniteur est connecté a la camera

La video filme le centre de television, qui est retrancris dans le batiment meme

Un cochon est filmé, il se voit dans la video (performance, une femme porte le cochon dans ses bras et le met face au moniteur)

Qui représente le cochon? Le cochon nain ne peut pas grandir, ils les appellent en chine les cochons parfum, car ils ne sentent pas mauvais

C’est une métaphore des etres humains qui portent du parfum pour attire l’attention

Porter le cochon pour etre regardé

Quand une personne est une strar on lui dit qu’elle porte du parfum

Si tu avais fait la meme chose ici le public strasbourgeois aurait compris?

Tu aurais pu preparer un petit texte, il faut que tu te trouves ds techniques pour etre vraiment clair

On manque d’éléments, d’images, de plans pour que ce soit clair

Je ne saisis pas la mise a mort du cochon

Mise en abime, on peut surveiller ceux qui nous surveillent

Beaucoup d’artistes travaillent sur la video surveillance

Une femme anglaise, car a londre il y a beaucoup de videos surveillances

Qui surveille?

Evolution dans l’image,

C’est lui (chen) qui surveille les autres,

Chaque moniteur montre

Vous avez apporté un cochon, qui sort d’un abbatoire pour regarder ses congénaires se faire égorger

Quesqui a fait que vous avez pu apporter un cochon dans un centre d’art?

Le centre d’art a pris la reponsabilité de la chose

La première image a t elle été pixélisée? (cochon qui se fait tuer)

$

les images sont tres belles

c’est pas tres clair, c’est secret,

il faudrait que tu nous montre en entier

la mise en relation entre ces deux images est intéressante

lorsce que les gens regardaient la video, c’est comme si je les surveillais

l’oeil donne a voir des choses qui nous sont cachées,

c’est pas mal, je trouve ca plutot bien, c’est intéressant

comment vous avez travaillé ensemble?`

quand on voit les petits cochons c’est très acceléré

accelerer un filme peut accentuer un effet comique

 

tu nous donnes à voir des choses en accéléré alors que c’est pas acceléré

 

mémoire: natural high (mot clef)

 

 

$$2 ème video de chen GMO (OGM) (en cours non terminé)$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$

quand je suis retourné en france un ami a rencontre un scientyphique qui m’a parlé des ogm

au début on ne voit pas les letter puis elles apparaissent

 

ogm; on doit acheter des graines labélisées par le gouvernement, toutes les plantes doivent pousser de manière similaire

 

solutions locales pour un désordre globale (coline serault)

 

3 ème video

 

recuperations de videos internet, qui n’est pas terminée. Images de google map

a Strasbourg il y a un homme pour moi qui est très important

je travaillais dans un restaurant chinois, il y avait un homme de 46 ans qui est né au cambodge, sa famille est morte, il a été recueilli par la croix rouge qui l’a amené en france, maintenant il est francais; il parle beaucoup de langues

 

pour moi c’est comme un homme hors du monde, le patron ne veut pas parler avec lui (il travaille tres dur). Il joue a des jeux d’argent et boit de la bière, c’est comme ca qu’il considère la vie.

 

j’aime beaucoup le réalisateur bélatar,

 

Ce filme durera a peu près 20 minutes

 

Les deux dernières videos sont celles sur les qu’elles chen est en train de travailler

 

Place de la république

 

Le restaurant n’y est plus mais sur google il y apparait tjr

 

$$LEONORE$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$

 

Photographies de portraits qui ressemblent a des peintures

Utiliser des choses anciennes, comme l’esthétique de ces photographies qui n’est pas très actuelle

 

J’ai trouvé des negatives dans un marché aux puces, photos de tableaux (peintures) ou juste portraits photographiques

 

J’ai essaié de les transformer pour les render un petit peu monstrueuses

Je suis restée sur l’idée de les utiliser en negative

Des etres un petit peu grotesques

Photos montages photoshop

 

Faire une installation en les projetant

Imprimer sur du plastique$

Les projeter en grand comme des phantomes

 

J’ai participle a un workshop avec Bruno carpentier; l’allure des gens dans la rue

Aller les observer

Je me suis intéressée par la démarche des gens

 

Ballet de démarches

En dyptique des captations des gens dans la rue

Mathieu barnay (//Mathew Barney)

Textes de Baudelaire; la marche comme première oeuvre d’art? Créatin?

Bichy miroslash (// Miroslav Tichy) photographies de femmes en mayot de bain

Demarche des gens assimilé à la danse

Un essais visuel, surplace

Un croquis de video

Je ne vois pas encore de relations entre l’image de droite et celle de gauche

Je trouve intéressant de mettre ces 2 vidéos l’une à côte de l’autre

 

Le membre qui nous permet de marcher

C’est plus simple avec un traveling de suggérer ce mouvement

Les gabeurs (danse)

Fanfare qui se déplace pour refaire une chorégraphie de Michael Jackson (filmé de haut) mouvement du Moonwalk

Flashmode; mobilisation des gens qui font une seule et même chose

Érotique, belles jeunes jambes

Très formelle, la manière dont tu en parles

Entre la jambe nue et habillée

jambon

 

Fond noir

 

Des membres tout seuls qui se balladent

 

Est ce que tu assumes le coté pervers de la vidéo ?

Le pervers se focalise sur une partie du corps

Non c’est le fétichisme

(???), prof ici, c’est un gros pervers, j’allais chez le dealer , je me suis trompé d’appartement et je suis tombé sur lui, je suis allé voir son boulot, il fait des photos un peu pareil que toi, tjrs avec des femmes sexy,

J’ai fait les photos, au depart, je devais les mettre dans des vrais cadres, j’ai changé d’idée et je les ai mises entourées d’un faux cadre; montrées dans une galerie en Suisse, milieu anarchiste, ils n’ont pas trop trop appréciés

Tu fais de l’hyper réalisme inversé,

Je vois un truc qui serait lié à la transparence, Philippe Lepeut m’a donné une définition très différente de la mienne; ne pas voir le dispositive, les outils,

Pour moi c’est l’inverse , on voit tout le procédé

On revient avec ces photographies à l’hyperréalisme de la peinture; notions d’unique dans un procédé de photographie qui est reproductible

Les monstres que tu as fait sont ils de la défiguration?

Artiste qui imprimait des photos sur miroir, procédé feuilles d’argent

Tu pourrais agir sur ces plaques de verre, tu as pleins de possibilités

Tayeb avait projeté des images dans un tableau, il avait projeté des images 3D qui avaient un cadre

Les exposer a l’école, l’atelier d’artistes (il faut réserver, c’est aux profs de le faire)

Il faut aller voir Daniel Shlier

Pina Bausch utilise des gestes quotidiens, pièce avec des gens handicapés

Georges Pérec, les écrits les habitudes et le quotidien

Michel de Certeau sur la marche

 

Accrochage le 15 décembre

 

$$LUCILE$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$

 

Alors voila je me suis mise a la peinture

Je m’intéresse au mythe de Pigmalion

Un sculpteur qui tombe amoureux d’une statue

Les mécènes, on peut les appeller pigmalion, car

Projet jtm.jpeg que j’essaie de développer

Etre amoureux des images, objectophilie

J’en avais parlé a l’expo “a la bien “(l’année dernière)

Reportages sur internet, attirances sexuelles pour les monuments

Un homme qui est amoureux  d’une grande roué

Séminaire sur l’amour avec No Name, en mars expo, avec No Name

Performance avec Marina Abramovic jtm.marina

Prendre une image pour ce qu’elle est

Établir avec cette image une relation amoureuse, comme si elle était une vraie personne, je lui donne a manger, je la lave…

Espèce d’animation que j’ai pas encore fait

C’est vachement bien comme ca

url ou on pouvait m’habiller

si je le fais en vrai j’abime l’image, christianisme, les icônes sont embrassées et dégradés

quand tu le fais avec Photoshop il y a une relation à la technologie

icone, une photo qui est embrassée par milles personnes et qui s’abîme, artiste qui

Avignon, nana qui a embrassé un monochrome avec du rouge à lèvres (de twombly) rindy sam (performance)

En No Name, c’est une manière différente de travailler, et quand j’ai dit que je faisais une performance, il m’ont demandé de faire des répétitions

Il faut qu’elle soit la même pendant l’expo et pendant les répétitions

Faire des actions comme un truc un petit peu intrusif

Affiche toute neuve ou Vieux poster (c’est pas la première fois) ?

Tu pourrais quand t’es pas là, faire une animation de ça.

ben oui c’est ce que je compte faire.

J’ai noyé une araignée en papier

Papier vaudou de Sarkozy hara-kiri, interdite a la vente

Image d’artiste ici presente, elle reste face a des gens sans bouger

Iconographie, des pestes? Je vais lire un livre sur le pygmagnonisme, gens qui sont amoureux des statues parce que c’est un vrai truc dans l’histoire de l’art

Lucille gère bien l’adresse au spectateur,

Artiste qui travaille sur le fétichisme des chaussures : Raphael siboni

Ce serait bien de voir assez vite cette performance, je la fais avant Noel

Jeudi prochain performance a l’école, expo finissage à l’école 18h 30 le 21

 

Mercredi prochain champi, Silvio,

 

Jeudi prochain, lucas, arnaud et manifart grand format. Et mike le cours de lingala (a moins que runaud ne le fasse)

 

Le 5 décembre natura high de chen

 

$$C’EST FINI POUR AUJOURD’HUI$$$$$$$$$$$

$$j’essairai d’ajouter des images à cet article!!!$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$

ss a très vite pour les prochains ragots HF!!!!!!!!!!!!!!!!!$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$

 

 

20 Novembre 2013

chronique de Mr l’ agent Malveillant

La chronique pose des problémes

Puisque la chronique permet un retour sur événement, elle permet l’enquette, le jugement, elle veille et surveille, dévoile nos torts.

Elle encre le momant, et permet un regard neuf sur l’événement passé

Image de prévisualisation YouTube

doit-on dans ces conditions publier les nom? Doit on citer (sortire les bêtise du contexte)?

censure?

ou

pseudonyme?

pseudonyme!

Il faut rapidement des pseudonyme parceque c’est difficile de faire la chronique dans de tel condition

quelqu’un met en évidence l’impertinance de « information dirrecte » bien qu’elle trouve ça passionnant,

tandisqu’une autre personne rappelle « l’affaire Anaïs »

finalement « ça m’a fait chier d’éffacer hier pourtant » déclare quelqu’un d’autre qui fut obliger de censurer une citation malvenue à son encontre.

17h 44  Mr Milone arrive , son pseudonyme à lui sera Sylvio.

« on fictionalise tout » propose sa voisine, mais c’est raté, Sylvio s’appelle sylvio

Sylvio veux rester sylvio mais sa voisine le reprend dans sa reconessance de son Moi,

« Mais enfin, ça fait une Heure qu’on en parle, tu vient d’ariver (…) peut être que tu à raison mais il falais être là. »

Sylvio « Je suis terroriste »

sa collocatrice ponctuelles « tu va déja nous faire venire les flics au 36″

 

ça disctute des chronique et ça discute quand soudain

quelqu’un pour prouver qu’elle suit bien tout les lsd  interrompt « On en parle à tout les cours! »

 

broua

 

Poliment  » heu, oui Sylvio  »

Il profite de cette attention pour se faire enfin entendre et signale à juste titre que: de devoire » tous avoir le même pseudonyme, c’est une Régle » ce qu’il cherchait à dire depuis tout a l’heur (il faut savoire que Sylvio n’obei qu’au loi de son coeur)

On profite d’un temps calme pour ce foutre de la guelle de qulqu’un qui à mal orthografié « Matiou Barnet »dans la chronique précedante

« Matieu Barnet »

« Mathieu Bonnet »

Moi je te comprend Elena

on fait le tour des familles: Xmen,Chanpignon, lingne de commande…

« pokémon »

régression en plein coeur de la digression

_____LA__Fête ___de_____NOËL!__le 19 dec_____ouéééééééééééééé

organisation

« tribu » 7-8  14-15 dec

Boston 18 dec

Noël 19 dec (ha bon?)

 

Boston: Manu à assigné un americain à chaque français participent (cf mail)

On m’annonce que  » le champignon absent est viré! » pauvre carolo

Cabane « tribu » au 10 rue du port du Rhin: 5 membre de hf lsd peuvent participer au projet pour ce joindre à la tribu.

10 participents en tous, construction d’une cabanne dans l’adversité du mois de decembre « survivalisme? » « Non pas du tout! »

Le 7 dec et le 15 dec cette cabane fera événement « cultuel? » ce son les constructeur qui prépar leur espace de monstration.

Et pour cette monstrueuse prestation, l’ensemble du groupe est evidament invité en publique ‘actif’

Explication claire demain par maïl, une réunion se fera qund l’équipe sera constitué, c’est à dire Samedi 23 dec

 

 

Mercredi 27: bostone/Noël preparation

—————————————————————–et soudain—————————————————————————

de vive voix  » j’ai une anonce à faire »

tout bas « mais qui parle, »

Elle pârt à Madrid en janvier

Donc Bilan Truffe 4 et 5 dec

 » tu fait un grand format »

« j’ai pas fait grand chause »

« Tu viens d’oû….tu es….tu vas » classiquoclassique

 

 » est ce que je fait la performance que tu m’as commandé?

 

Info desintox: on est sensé avoir 30 credits à la fin de l’année

 

—————————————————- »on passe à l’expo champignon? »————————————————————

Acte 2, scéne 1

15 personne sur scéne dont Sylvio et le prophète, autour d’une table ce passe la parôle6 doivent réster silancieux et à l’écout tout  du long

 

quelqu’un sens trop d’envie « tu veux que je te raconte ce que j’ai vue? »

rapidement « Ils ont fait ça en une après midi »

pour corriger « et hier »

continuant « ils ont fait ça à partir d’un chantier qu’il on vue devant chez gabriel »

pour reprendre    » on c’est vue dimanche »

incertain « samedi »

d’un ton d’aveux« c’est vrais qu’on c’est pas énormément vue »

 

témoignant en représentant« tous on voulais faire des instalation, on voulais habiter l’espace »

sur le même ton mais quelqu’un d’autre « Les salles étais trop propres »

le même ton mais légerement plaintif « on étais pas beaucoup et on savais pas comment investir l’éspace »

alors « cette petite salle était plus interressante »

Sylvio en mesentente « plus petit est plus interressant?(!) »

diffus « petit »

rassurent « du coup c’était interressant »

un tent soit peux séverement » vous avez (…) pensé vos instalation à partire de samedi? »

voulant dire par là « Oeuvre puis contexte (ou Contexte puis Oeuvre)? »

comprnent mal mais cout que cout « On part sur la construction »

franchement séverement ce coup-ci  « Pourquoi vous… » coupé

inoportunément  » le chantier »

La personne coupé est visiblement irrité qu’on la coupe mais syrtout qu’on est besoin systématiquement d’un théme

s’excusent  mais s’expliquant « j’ai lancer l’idée de chantier »

petit broua polyphonique

Le Prophète d’une voix au timbre convaincant « Pourquoi chantier » le broua s’est arrêter à ces mots

en réponce, consient de sa belle parole  « une oeuvre d’art en chantier »

tout bas, amusé « tu note ça »

pour soutenire « un chantier ça peut être une idée en chantier, qui ce construit, ce déconstruit en même temps..transformation.. »

pour revenire à « dos à dos »

le prophète « Cacophonie »

presistant « vous étiez des obstacles »

ah oui mais  » Marina Abramovic, mais je ne m’en suis pas inspiré » pas déséquilibré par ce qu’il vient de dire

agréablement outré « faire un dialogue de sour entre Appolinaire et Fontaine » admirative

cherchant le sens à tout ça  » construction, déconstruction… »

probablement «  »Zone Interdite »"

normalement « Je suis parti sur l’architecture, le relooking moderne »

 Dan Graham:  http://www.newmedia-art.org/cgi-bin/show-art.asp?LG=FRA&ID=9000000000066163&na=&pna=&DOC=bio

trouvant le juste mot « il piége le spectateur »

Jordi colomer http://www.jordicolomer.com/index.php?lg=3

Michel wesely: https://www.google.fr/search?q=Michael+wesely&client=firefox-a&hs=cNM&sa=X&rls=org.mozilla:fr:official&tbm=isch&tbo=u&source=univ&ei=kXuNUtDhAaK-0QWSgIGICw&ved=0CC8QsAQ&biw=1276&bih=696

Image de prévisualisation YouTube

 

ton étrangement calme « j’ai pensé faire une piéce de desing« 

Ron ARAD: http://www.galeriedowntown.com/ron-arad/chaine-hifi-concrete-stereo/

 

 

______Il est 4h22, je vais changer la couche du drôle, j’espère que ça n’a pas été trops mal orthographié et bien Malveillant____

 

 

Agent #20140130

Chronique du 30.01.2014

On parle du travail de Léa C.
Elle a construit un dispositif de projection, un vidéo-projecteur coincé dans une machine avec une manivelle, dans un cercle-écran, et elle a projeté dessus un générique, comme si le vidéo-proj mettait en lumière un texte inscrit dans le papier … Donc elle nous a montré une vidéo du dispositif en marche, avant de pouvoir déplacer le dispositif (fragile)

http://clementcogitore.com/indexhibit/index.php/traveling/

http://www.paris-art.com/galerie/holger-trulzch/48.html

Michael Snow
Vasulka

Duracell Tape by Klaus vom Bruch
http://creative.arte.tv/fr/community/klaus-vom-bruch-das-duracellband-1980
http://www.eai.org/artistTitles.htm?id=278

Post-Funghi : Aspect « proto-cinéma », Do It Yourself, faire soi-même son propre matériel … « ça t’intéresse ? »
Léa : je ne sais pas si ça fait partie du propos … j’aime bien tout ce qui est mécanique, c’est une manière de faire … j’ai l’impression d’avoir trouvé une forme qui m’intéresse, mais j’aimerais associer ça à quelque chose de plus créatif …
Bolet de Fetchner : « ça m’intéresse ces histoires de méthode, de processus créatif … comment tu as pu gérer ça sur un projet antérieur ? tests, bricolage … »
Léa : vidéo avec les lunettes rouges … j’avais l’impression d’avoir réussi à l’associer à quelque chose de sensible … visage qui disparaît, le torero, la conversation avec son père … J’avais l’impression que c’était pas assez…
Bolet de Fetchner : la conversation de ton père, c’était réellement intéressant … la rencontre entre un terrain intime et ce dispositif technique … par contre le torero, c’était tellement dans la même ligne, il est un peu interchangeable …
Léa : ça m’arrive de lâcher un projet et de le reprendre un an plus tard, parce que j’ai pas trouvé les réponses …
Post-Funghi : parfois, le dispositif mange complètement l’aspect sensible … tu essaies de faire autre chose que du « pseudo-hack », comment tu transformes ? cette installation-performance avec le film et l’image phosphorescente … qu’est-ce qui faisait qu’il y avait cet aspect sensible très fort ?
Il faut dépasser l’ »adresse », l’habileté, pour faire autre chose …
Bolet de Fechtner : d’ailleurs, tu dis que t’as pas pu le rament parce que c’est fragile … mais dans le film, il y a une petite « aura » …
Post-Funghi : et la « collection » de ces habiletés peut être intéressante aussi … une qualité propre par le … des tricks ou un paquet de tricks, c’est autre chose
Dominique montre le « Jam-Jam Project », www.kvb.com
Bolet de Fetchner : je connais pas grand monde qui se dit « tiens, j’ai pas de vidéo-projecteur, je vais en construire un », sur la masse de gens qui pratiquent …
Post-Funghi : à la transmediale, c’est demain, ils font beaucoup de choses comme ça… à Berlin
http://www.transmediale.de/
Courant Do It Yourself … c’est pas unique, ça se rattache à des groupes, mais ça reste assez rare, tous les étudiants en art ne construisent pas leur propre projecteur
Marc : à une époque, pour construire de nouveaux outils, les artiste collaboraient avec Sony, par exemple, ce qui est différent du DIY … Stena & Woody Vasulka
http://www.fondation-langlois.org/html/e/page.php?NumPage=422
Dominique : installation sonore qui captaient du son, et les mecs dans le tyroll à faire des éoliennes …
Marc : au Brésil, « gambiarra », c’est déjà développé … (> Bracaju, jugal …) on en a paré l’autre fois avec EH
« on croit que c’est pas possible, et en fait on a presque tout à disposition »
Post-Funghi : « je suis pas obsédée par le logiciel mais … enfin, moi je pense qu’il faut être obsédé par le logiciel … enfin, la différence entre un vidéo-projecteur et un téléphone portable, c’est que dans le téléphone, il y a un logiciel … »
Marc : « j’ai un pote qui, avec son écran démonté, a fait un vidéo-projecteur … c’est la même démarche, faire avec ce qu’on a sous la main … technologie développée et technologie appropriée en même temps … »
Post-Funghi : « selon ce qu’on utilise, ça fait des choses différentes, tout comme s’il on utilise plusieurs optiques … »
Lentin de Fetchner : donc Léa, moyen ou grand format en Mars ?
et maintenant, on fait le retour de Kinshasa ? Ou Stéphanie ? et Rhunaud, et Marc

Retour de Kinshasa :

« A carré » ? on débat un peu, A comme la première lettre, A comme Artistes …
Rhunaud : on a lancé un appel à candidature pour la première biennale d’art contemporain de Kinshasa… beaucoup d’artistes au Congo ne savent pas comment constituer un dossier pour un biennale, mais on veut les aider, on a des aînés, qui ont déjà fait ça, certains sont passés à l’école … on a invité un artiste qui s’appelle Vitshois
http://www.aad-fund.org/fr/les-artistes/vitshois-mwilambwe-bondo
On voit des photos, un espace loué au Collectif Espaces Sadi près de l’école des Beaux-Arts de Kin.
http://sadicollectif.blogspot.fr/
« Solidarité des Artistes pour le Développement Intégral »
Arno : le but c’était de travailler en collectif. Il y en a qui font du clam, de la photo, de la vidéo … chacun a présenté son travail, on a discuté, essayé de nourrir, donner des pistes… c’est un peu rare à Kinshasa, il y a peu de gens qui ont réussi à faire des choses en collectif. Collectif Les Impossibles ? 3 jours d’atelier… faire un point sur la constitution des dossiers pour la biennale, présentation des projets … on était une vingtaine…
Question de la parité : il y avait 3 femmes, sur une vingtaine de participants
On débat un peu sur la place des femmes dans les écoles d’art, on pense à 80%, ou 70%, et on se dit que c’est pas pareil après dans les musées, que la proportion s’inverse peut-être …
On regarde une vidéo d’un slameur, à côté d’une sculpture qui est en fait un costume (!!)
Les gamins crient « oh le martien », le costume est assez dingue, un seau sur la tête, un tuyau qui va du sexe à la tête, des trucs peints en argenté, des bottes … c’est Michel
Dom : c’était quoi, l’idée? dans le contexte de Kinshasa ? l’intention du performer ? il avait un concept au départ ?
Arno : oui, il voulait représenter un astronaute… mais c’est aussi un projet de collaboration, ça ne garde pas toujours la première forme… on voulait montrer le développement, le processus du projet
Silvio : mais là c’est la trace de sa performance, vous avez pas fait autre chose avec ?
Marc : ça a un nom ?
oui, « astronaute à Kinshasa »
Marc parle du rapport à l’appareil photo et la colonisation et la confiance aux blancs, et des gens venus de nulle part … Bolet de Fetchner : oui, de manière conscientisée ou pas … projets de conquête de l’espace, comme au Bhoutan…
Post-Funghi : oui, mais ils lancent des roquettes, des fusées … le film montre comment le projet s’est arrêté, c’était un projet scientifique à partir de rien, des militaires s’y sont intéressés …

ça me fait aussi penser à ce projet de fiction :
http://thisbookistrue.wordpress.com/the-book/
http://thisbookistrue.wordpress.com/the-images-2/#jp-carousel-217

2 artistes poètes, beatboxing – ça tue (moi je trouve) – et aussi avec plein de gosses, et des maillots de foot

On comprend pas très bien qui prend le son, qui fait la vidéo… en fait Rhunaud a pris du son, il fait des montages, mais il va les faire écouter après.

Quaterback clip : les participants ont donné leurs impressions sur l’atelier … Michel est musicien et étudiant aux Beaux-Arts … on a une vidéo où il clame, Martin dit « c’est drôle un clip sans musique », on comprend pas bien ce qu’il dit, après ils vont mettre le son dessus …
Dominique : ça aurait pu être intéressant, que le son soit effectivement les mecs derrière qui tapent sur des trucs en métal … c’est souvent intéressant ce qu’il se pase dans la rue, ça donne des idées pour transformer autrement … des ouvriers qui travaillent le métal, il y a des groupes, la musique industrielle, qui utilisent ça … une piste cachée

Il a retouché une photo …
Freddy : « il a retouché sans connaître Photoshop » le ciel is darrrkss
Arno : « pour le film à Kinshasa, j’étais pas dans une démarche où tout était structuré. J’allais dans la rue avec la caméra, les gens venaient et se faisaient filmer eux-même. Cette photo là, je l’ai extraite de la vidéo. »
Dom : « ça s’appelle aussi still »
Marc demande s’il connait Crash de Cronenberg – Silvio : « il y a des mecs qui jouissent dans des cicatrices »
Marc : ça me fait penser aussi aux clips de Die Antwoord, une qualité « trop forte » …
Silvio : « Rockers », le film aussi
Vidéo « Mikili », « Mikili, c’est un état d’esprit, un monde imaginaire, Mikili c’est pas la réalité, c’est un monde qui souffre d’un complexe, c’est un mot qui manque d’une définition précise, ça veut dire manque, l’état d’esprit des Kinoa qui pensent que là bas, ça va bien… »
Faire des vidéos, c’est interdit dans certaines zones, ambigües, stratégiques … près d’un camp militaire
Dom : même en France, dans les gares, tu n’as pas le droit de faire des photos

Yaka To Bina
Post-Funghi, reine de la nuit
« je te love c’est plus intime »
Faut remasteriser pour faire danser

Intervention filmée de Vitshois
« t’es africain, tu l’assumes … t’es artiste … révolution… [il y a une fille dans la vidéo, c'est l'autre qui filme] » et le groupe électrogène qui fait qu’on entend rien… une intervention de deux heures …
aux beaux-arts à Kin, il y a pas trop de filles

Dom : il y a beaucoup de matériau …
Arno : des choix à faire ensemble … en Février, on a un ami qui vient, et on va faire une restitution de cet atelier, avec Christian Botale aussi … une présentation du projet en général, là on a lancé l’appel à projet pour la biennale, et les organisateurs apprécieraient aussi que des gens des arts déco participent aussi …
Dom : il y a peut-être aussi des choses personnelles, hors du projet collectif, dans ce que vous montrez …
Bolet de Fechtner : on en a parlé avec Rhunaud hier, positionnez les choses …
Arno : chacun pourrait montrer ce qu’il fait …
Bolet de Fetchner : oui, la biennale, c’est très bien, toi, Rhunaud, c’est important de te positionner en tant qu’auteur et de distinguer ce qui [se fait sous la casquette de l'organisateur]
Marc & Dom : classer les choses, les nommer, les décrire, ça aide à savoir où ça se place … créer sa propre sémantique

Arno : film documentaire – « Longtemps rêvé Mikili », « phénomènes invisibles et visibles, rêves d’ailleurs, structurent la société kinoase, inconscient collectif, … y aura-t-il finalement autant de mikili que de rêveurs ? ouvrir des pistes de réflexions sur ce phénomène bien réel »
je sortais avec la caméra et je tournais … j’ai rencontré des problèmes, qui sont aussi devenus des pistes. La personne devant la caméra, par exemple, me posait des questions, et on a commencé à se prendre la tête sur ce qu’était Mikili …
Bolet de Fetchner : ça s’est pas transformé en conversation ?
Arno : je restais derrière la caméra, mais je répondais à ses questions … j’avais même pas pensé à ça
Dom : tu peux expliquer cette drôle de situation ?
Arno : en fait, ça fait un moment que je ne vis plus à Kinshasa… donc partir là bas pour travailler sur la manière dont les gens voient Mikili, c’est particulier. Le regard des autres était particulier.
Marc : tu connais Lanzmann ? (Shoah) (à propos du point de vue de l’auteur) il apparait sur les images, et discute avec les personnes, avec une interprète français-polonais…
Dom : d’autant plus important que Lanzmann est juif, sa famille a été déportée … il y a des moments très poignants … il interroge aussi bien les bourreaux que les victimes, les survivants, et essaie de garder une neutralité apparente … les gens se raccrochent aux chiffres, à des choses très précises … et dans les survivants, il y avait aussi les « under-kommando », … il interroge le coiffeur … tout le monde décrit, on est au-delà de l’émotion …
Marc : mais le lien avec Arno, c’est surtout la place, la présence de l’auteur; il reste toujours un peu en recul … les gens demandent pourquoi tu filmes …
Freddy : Rhunaud se pose aussi beaucoup de question sur le Coltan, les minerai utilisés pour les téléphones … qui font qu’il y a des guerres au Congo … mais comment tu mènes ton enquête ?
Dom : il y a du non-dit, comment on l’aborde ? avec le bouclier de la caméra, le bouclier de l’objectivité …
Bolet de Fechtner : ne fantasmez pas vos films, faites-les ! prendre position comme tu as dû le faire, parfois ça arrive au cours de l’expérience …
Dom : il faut être capable de rebondir sur ce qu’il se passe… mais il faut préparer
Bolet de Fechtner : et la préparation, ça passe par des choses très simples, comme regarder des films … et aussi aller sur le terrain, filmer … on peut aussi préparer en faisant un petit documentaire, avant un projet plus long …
Silvio : filmographie documentaire : Louis Malle, Place de la République, 1970, il y va avec plusieurs cameramen, et chaque jour les gens se livrent un peu plus … dans les docus qui se passent en Afrique ou au Moyen-Orient, c’est souvent des européens qui filment…
The Ambassador, un journaliste danois qui va chercher des diamants de guerre …
5 Broken Cameras, une identité dans le documentaire (par Guy Davidi et Emad Burnat)
Renzo Martens
C’est un regard du Congo par un Congolais ?

Rhunaud : on est « dedans et dehors » en même temps, on est plus vraiment considérés comme congolais … « tu veux aller vendre ça là-bas, chez les blancs ? »
Silvio : mais il y a des vraies communautés, un réseau social, tu peux demander à un ami, choisis les acteurs qui vont te permettre de trouver l’information …
Arno : mais je trouvais ça aussi intéressant, parce que moi j’avais certaines informations …
Dom : ce que dit Freddy aussi, c’est des questions d’autorisations …
Arno : il y a aussi la Maison Schengen, de tous les états européens, et j’avais pas le droit de filmer, même quand je lui ai dit que j’étais étudiant à Strasbourg … j’ai filmé le panneau « interdiction de filmer » …
Bolet de Fetchner : c’est essentiel que ces questions là apparaissent … c’est des réponses très justes …
Jean Vigo, Van Der Kukken, (références pour le documentaire)
Dom : et aussi Michael Moore
Bolet de Fetchner : tu fais référence à la conversation qu’on a eu il y a 8 ans ?
Dom : à propos d’un mémoire …
Bolet de Fetchner : ah oui, j’avais descendu Michael Moore … des fois on défendait des positions indéfendables …
Arno : et ils sont partis sur un autre sujet … le mec m’a dit « est-ce que le ministère de la culture est au courant ? ils t’ont payé pour ça ? »
Freddy : il faut faire attention … à chaque tournage, les gens viennent avant, observent sans caméra … même dans ta famille, il y a des choses que ta mère ne va plus te dire … il n’est plus des leurs.
Arno : oui, c’était une position gênante … je disais aux gens : ne dis pas quelque chose pour moi, dis-le pour toi
Freddy : il raconte comment ton frère t’arnaque sous l’oeil bienveillant de ta mère, quand tu rentres au pays
Si tu vas demander à des gens qui ne connaissent pas Mikili de te parler de Mikili, il y aura  toujours une part de Mikili. au Congo, ça coûte moins cher les chaînes de télé, canal+ je l’ai au Congo mais pas ici …
On est pas dans la réalité, eux, là-bas suivent plus de choses que nous ici.
Arno : moi, depuis que je suis ici, j’ai plus (+) d’informations de Kinshasa que quand j’étais là-bas …
Dom : il y a une responsabilité, de gagner de l’argent, le problème de celui qui a « la chance » d’aller ailleurs, on attend beaucoup de lui et il y a une espèce de jalousie, et ils ne veulent pas reconnaître vos problèmes … et avec la France c’est hyper complexe, rapport à la colonisation … une histoire d’amour-haine … c’est très complexe … mais justement, on parlait d’humour, et on peut avec ça faire passer des choses … ne sois pas étranger à toi-même quand tu es dans ton pays…
Freddy : il faut trouver aussi comment tu parles, tu es aussi dedans, tout ce qu’ils disent, tu peux aussi le dire … ça existe des gens qui ont fait des documentaires sur le mikili là-bas
« mikili » c’est au pluriel, « mokili » c’est un monde.

ça rime avec « milk », et « mikili » c’est aussi le pays du lait, des blancs … ça va être parfait dans le film
http://www.congomikili.com/
Théorie de la climatologie de Rousseau, « le froid transforme les gens » … à l’époque, c’était pas raciste ?
Michael Jackson …
Les « gens perfectibles » …
Staff Benda Bilili, ils sont même pas stars au Congo, ils sont petits … ils sont connus en Europe …
Arno : faire intervenir la poésie dans les films .. Mike va intervenir aussi …

Après on a vu le projet de Stéphanie dans la cave, et moi j’ai bien aimé, mais j’aimerais bien que cette partie de la chronique se fasse autrement parce que j’en ai pas de traces écrites et parce que le texte ça sait très bien cacher qu’il n’y a au final aucune voix qui ne parle ici encore mais juste des traces de bouts de trucs tombés de mes oreilles à mes mots … et les mots parfois on croit en avoir beaucoup mais ils s’épuisent, c’est comme la jauge en bas de l’éditeur qui nous les compte et nous dit que déjà nous avons dépassé les 16618 mots et ça me fait un peu peur comme nombre parce que 16618 c’est beaucoup pour une seule voix mais c’est le rôle de l’agent ou le rôle du scribe d’être là pour donner ses mots et s’assurer qu’il y aura toujours encore des mots pour dire on ne sait plus exactement de quoi on parle et qui est on parce qu’il a un nom d’agent parce que l’agent il agit et parfois un autre nom agit aussi mais c’est un nom de champignon mais les champignons ils ne parlent pas tout au plus ils nous font raconter des balades en forêt …

Une grotte, dedans une cabane, la vielle dame assise à l’intérieur me dit à la lueur de sa bougie que l’eau du ruisseau était comestible.

Fôret de pin artificielle bâtie par Napoléon pour sécuriser la region marrécageuse.
Une première marche parmis ces étranges rangée d’arbres déformées par la brume m’avait suffit pour entreprendre d’y passer la journée.

Après un large temps à marcher hors des sentiers, de l’eau s’écoule au loin, elle m’appelle.
Le vent touche ma peau, je renifle les attributs fertiles qui émanent de l’humus, je sent la foret dans mes cellules, dans mes cheveux,  sur ma queue; la sort et fait corps.

Plus loin, dans une clairière sous boisée, je met feu à une herbe locale tout en continuant à marcher.
La montée est immédiate, au moment de jeter la plante évaporée…
La foret s’adressa à la partie de mon être qui ne parle pas.
Mousse, fougère, brindilles, pins, oiseau, brise, air humide tout ce qui était alors relayait cette profonde communication, bien supérieure au constant flux qu’elle dégageait jusqu’à présent.
Je ne put traduire son message que bien grossièrement, elle disait:
« Si tu es bon, je te dirais où sont les champignons, si tu merde tu vas prendre cher. »

Je remit le mégot dans ma poche et continua de m’enfoncer.
Après un moment, alors que la nuit commençait à avancer, je découvris que je m’étais porté dans l’antres des trésors forestiers. Je me mit aussitôt genoux à terre et ramassait le petit bouquet de girolles, mais sitôt que je comptais me relever, j’en voyait d’autres à portée de bras.
J’enlevais bientôt ma chemise pour y déposer ces nombreux joyaux.
Je put continuer de la sorte un bon quart de temps avant que les ténèbres les récouvrent entièrement..
En moins de temps qu’il m’eut fallut pour venir, j’était arrivé à la maison.
Faisant cuir les champignons, mes hôtes me confirmèrent que l’eau du ruisseau dans la foret était bonne boire.

17046.



5 commentaires

  1. Agent Ille, Good notes…

  2. AGENDRE IDEAL, belle et effrayante ta chronique.
    Débat chroniques à suivre…

  3. Avatar of Irene Adler Irene Adler wrote:

    J’ai trouvé ça,

    Extrait de Liquidation d’Imre Kertész
    Trad. Natalia Zaremba-Huzsvai et Charles Zaremba
    Ed. Actes Sud, 2004, pp. 96-97

    « […] je crois en l’écriture. En rien d’autre, seulement en l’écriture. L’homme vit comme un ver mais écrit comme un dieu. Autrefois, on connaissait ce mystère oublié de nos jours : le monde se compose de tessons qui s’éparpillent, c’est un obscur chaos incohérent que seule l’écriture peut maintenir. Si tu as une idée du monde, si tu n’as pas oublié tout ce qui s’est passé, alors sache que c’est l’écriture qui a créé pour toi le simple fait que tu as un monde et qu’elle continue à le faire, elle est la toile d’araignée invisible qui relie nos vies, le logos. Il y a un vieux mot biblique : le scribe. Il ne s’emploie plus depuis longtemps. Qui dit scribe ne dit pas talent, qui dit scribe ne dit pas bon écrivain. Ni philosophe, ni linguiste, ni styliste. Même s’il bégaie, même si on ne le comprend pas de prime abord : on reconnaît immédiatement un scribe. Bé était un scribe. Ce qu’il a laissé ne peut se perdre, parce qu’il l’a laissé pour nous. C’est là que réside son secret. Pas seulement le sien, mais aussi le nôtre. »

Laisser un commentaire

*