---Back to esad-stg.net hub

A text by Dominique Malaquais about Play>Urban

PLAY>URBAN

A (VERY) BRIEF INTRODUCTION

 

Play>Urban is a collaborative project initiated in 2011 by two art schools, Haute Ecole des Arts Du Rhin (Strasbourg, France) and the Wits School of Arts (Johannesburg), in collaboration with the Académie des Beaux Arts de Kinshasa (Democratic Republic of Congo). Participants are students and faculty from all three schools, as well as invited artists and researchers. Together, they aim to investigate and, where possible, to bridge the gap between creative practice and research in the elaboration of knowledge about cities.

Play>Urban est un projet collaboratif initié en 2011 par deux écoles d’art, la Haute Ecole des Arts Du Rhin (Strasbourg, France) et la Wits School of Arts (Johannesburg), en collaboration avec l’Académie des Beaux Arts de Kinshasa (Democratic Republic of Congo). Les participants sont des étudiants et enseignants des trois écoles, ainsi que des artistes et chercheurs invités. Ensemble, ils tentent d’investiguer et quand c’est possible de construire des ponts entre creative practice et recherche, dans l’élaboration de connaissances au sujet des villes.

 

In its initial phase (2011-2013), the project is structured around a series of residencies taking place in France and South Africa: moments of joint endeavour that facilitate exchanges between students, pedagogues, artists, researchers and cultural activists. The first residency (August 23-September 23, 2012) is underway as this publication goes to press.

Dans sa phase initiale (2011-2013), le projet est structuré autour d’une série de résidences en France et en Afrique du Sud : moments d’efforts en commun qui facilitent les échanges entre étudiants, enseignants, artistes, chercheurs et activistes culturels.

 

The focus of the 2012 residency, and of Play>Urban as a whole, is neither urban planning nor architecture. It is the types of environments that city-dwellers construct through their daily interactions. Via experiments with time-based media, site-specific interventions, performances and, more generally, a reflection process articulated around collective action, the residency seeks to elaborate responses to – and an understanding of – the ways in which such environments function.

Le focus de la résidence 2012, et de Play>Urban dans son ensemble, n’est pas l’urbanisme ou l’architecture. C’est le type d’environnements que les habitants des villes construisent à travers leurs interactions quotidiennes. A travers des expérimentations via les arts du temps, des interventions in situ, des performances et, plus généralement, un processus de réflexion articulé autour d’actions collectives, la résidence tente d’élaborer des réponses à – et une compréhension de – la manière dont de tels environnements fonctionnent. 

 

 

The residency takes place outside the physical purview of the academy and, wherever possible, beyond the realm of what is generally referred to as the built environment. Its primary staging ground is the street. An open-ended series of hypotheses and questions shapes the process. Core queries centre around: the notion of play; that of the city as a theatre of operations; the concept of people as infrastructure; the role of body politics in the making of city life; the nature of audiences in the production and reception of art in the city.

La résidence a lieu hors du cadre physique de l’école et, là où c’est possible, au delà du domaine de ce qu’on nomme généralement l’environnement bâti. Son premier espace d’intervention est la rue. Un ensemble d’hypothèses et de questions encadre le processus. Autour de : la notion de jeu ; la ville comme théâtre d’opérations ; le concept de people as infrastructure ; le rôle du body politics dans la fabrication de la ville ; la nature des publics en matière de production et de réception de l’art dans la ville.

 

Below is a brief outline of some of the ideas we seek to explore.

Ci après une brève description de certaines des idées que nous explorons.

 

 

THE CITY: A LOCUS OF PLAY?

LA VILLE : UN LIEU DE JEU ? 

To play is to interact and, in the process, to elaborate new relations and identities. This is true of the most innocent games and the most elaborate theatrical productions alike. In the context of a residency and project such as ours, can play be deployed as a methodology – a way of thinking about and interacting with the city – that allows us to look at the city through new eyes? Can we invent rules and roles for ourselves, akin to rules in a game or parts in a play, which bring us to engage with the city in ways that we would not have otherwise? In the process, can we impact our practice as artists in lasting and relevant ways? What are the political and the ethical stakes involved in such an experiment? What is the risk that we will succumb to superficial readings and encounters – a skating on the surface of the city? Might such surface encounters prove productive? Is our position that of voyeurs and, if so, is this problematic? With whom are we playing? Is this a game among ourselves or does it involve others? If others are involved, how are they chosen and to what extent are they given a choice as to their participation? How do we define who is “us” and who “they”?  Do we have a right to make such distinctions? Are the categories that result from the making of such distinctions flexible? Are they reversible? Might they be done away with altogether? If so, what happens to the state of play? Randomness and chance are two key aspects of play: without them, there can be no play(ing); if the city is (at least in part) a space of play, how do randomness and chance shape the quotidian experiences of those who live in and travel through the city? What are their (differing) impacts on individuals and groups or, more broadly, communities? How, in such a setting, does one define community?

Jouer (to play) c’est faire ensemble et, ainsi, élaborer de nouvelles relations et identités. Ceci est vrai des jeux les plus innocents aussi bien que des productions théâtrales les plus élaborées. Dans le contexte d’une résidence et d’un projet tel que le nôtre, le jeu peut-il être développé comme une méthodologie – une manière de penser et d’interagir avec la ville – qui nous amène à regarder la ville avec un œil neuf ? Pouvons-nous nous inventer des règles et des rôles –  règles qui s’apparenteraient à celles d’un jeu (de société ?), rôles pareils à ceux que nous jouerions dans une pièce – qui nous permettent d’élaborer des relations à la ville qui soient réellement nouvelles ? Ce genre de processus peut-il avoir un impact durable et pertinent sur notre pratique en tant qu’artistes ? Quels en sont les enjeux politiques et éthiques ? Quels sont les risques de succomber à une lecture et à des rencontres superficielles – de glisser sur la surface de la ville ? Ces rencontres de surface peuvent elles se révéler productives ? Notre position est-elle celle de voyeurs, et dans ce cas est-ce un problème ? Avec qui jouons nous ? Est-ce un jeu entre nous ou bien implique-t-il d’autres personnes ? Si d’autres sont impliqués, comment sont-ils choisis et dans quelle mesure leur est-il laissé le choix de leur participation ? Comment définissons-nous ce qui constitue « nous » et ce qui constitue « eux » ? Avons nous le droit de faire de telles distinctions ? Est-ce que les catégories qui résultent de ces distinctions sont flexibles ? Sont elles réversibles ? Peut-on en faire fi ? Si tel est le cas, qu’advient il de l’état de jeu ? Hasard et chance sont deux aspects cruciaux du jeu ; si la ville est (au moins pour partie) un espace de jeu, comment le hasard et la chance (en)cadrent-ils les expériences quotidiennes de ceux qui y vivent et qui transitent par la ville ? Quels sont leurs impacts – variables, faits de contingences – sur les individus et les groupes, ou plus largement, sur les communautés ? Comment, dans un tel contexte, définit-on une communauté ?

 

THE CITY: A THEATRE OF OPERATIONS?

LA VILLE : UN THEATRE D’OPERATIONS ?

As the questions outlined above suggest, play is not a matter of (simple) amusement. Indeed, it commonly proves deeply fraught. As such, it offers a useful entry point into a second set of issues that stand at the heart of the Johannesburg residency. Conflict is an integral part of city life and, in this setting, we would posit, theatricality – quite literally the making of play – has a significant role. It structures confrontations between and cohabitation among competing interest and points of view. What does this mean concretely for urban artists whose practice (as is the case with many of us) bears close links to the theatre: scenographers, choreographers, dancers, performance and installation artists? How, by engaging with practices of theatricality, do we move beyond production that reflects given, conflictual states of affair to production that impacts on these states of affair? Is it productive and/or legitimate to seek such impact and what responsibilities does this entail? Is it legitimate not to seek such impact and, once again, what are the responsibilities involved? Are we (or do we seek to be) activists? If so (or if not), what exactly does the term mean? Is it possible to create art that simultaneously interrogates and draws upon urban practices of theatricality without upstaging the very practices that drive this creative process? One approach is to privilege context-driven modes of artistic production: processes and outcomes that exist only insofar as they are in dialogue with the urban environments within which they are staged. Such a strategy – or, more properly a tactic – demands that one be open to producing work that morphs: work that, because is mirrors the city to which it seeks to speak, is forever unstable, whether in form, meaning or both. What are the practical and the theoretical implications of this?

Comme les questions soulignées ci dessus le suggèrent, le jeu n’est pas simplement une question d’amusement. Souvent, il s’avère affaire de tension(s). En ce sens il offre une entrée utile vers une deuxième série de questions qui se logent au cœur de la résidence de Johannesburg. Le conflit fait partie intégrante de la vie des villes et, cela étant, nous voudrions poser la théâtralité – le jouer au sens propre du terme – comme objet significatif. Elle structure confrontations et cohabitations entre intérêts et points de vue divergents. Qu’est ce que cela implique concrètement pour des artistes urbains dont la pratique (comme c’est le cas pour nombre d’entre nous) développe des liens proches avec le théâtre : scénographes, chorégraphes, danseurs, performers et créateurs d’installations ? Nous est-il possible, via un engagement avec des pratiques de théâtralité, non seulement de nommer, mais aussi d’infléchir des états de fait ? Est-il productif ou légitime de souhaiter à avoir un tel impact et quelles responsabilités cela engage t’il ? Est-il légitime de ne pas le souhaiter et (une fois encore) quelles sont les responsabilités impliquées ? Sommes nous (ou souhaitons nous être) des activistes ? Si tel est le cas (ou pas) que veut précisément dire ce terme ? Est il possible de créer un art qui simultanément interroge et puise à des pratiques urbaines de théâtralité sans évincer les pratiques mêmes qui structurent un tel processus de création ? Une approche est de privilégier des pratiques artistiques guidées par le contexte : des processus et visibilités qui existent seulement dans la mesure où ils sont en dialogue avec les environnements urbains dans lesquels ils sont inscrits. Une telle stratégie – ou, plus exactement une tactique – demande que chacun soit ouvert à la production de travaux toujours en devenir : travaux qui, parce qu’ils renvoient une image à la ville à laquelle ils s’adressent, sont constamment par définition instables, soit dans la forme, soit dans le contenu, ou bien dans les deux. Quelles sont les implications théoriques et pratiques de cela ?    

 

THE CITY: AN INFRASTRUCTURE OF PEOPLE?

LA VILLE : UNE INFRASTRUCTURE DE GENS ?

Implicit in what precedes is a rejection of canonical representations of the city. Mainstream urbanism commonly presents cities in the global South as dysfunctional on the grounds that they lack viable infrastructure: bridges, sewage systems, highways and the like, which (should) structure the economic, social and political activities of their residents. A “proper” city, the argument goes, is predictable and therefore stable. Alternative models for understanding cities of the global South (and, increasingly, cities in Eastern Europe) look to infrastructure as an infinitely more complex concept and privilege both instability and unpredictability as an integral part of what makes cities work. Thus, AbdouMaliq Simone, who, in a seminal text, writes the following on Johannesburg’s inner city core:

[The city is] characterized by incessantly flexible, mobile and provisional intersections of residents … These intersections … depend on the ability of residents to engage complex combinations of objects, spaces, persons and practices. These conjunctions become an infrastructure – a platform providing for and reproducing life in the city.

Flexibility and provisionality are key building blocks of this infrastructure, he argues, as are movement (physical and virtual) across a wide range of spaces and temporalities. This is so in particular, he shows, where conventional infrastructure is lacking or has proven entirely unadapted to those meant to make use of it. The result, he proposes, is a radical reinvention of urban life on a daily basis.ð  How, the residency asks, can artistic production speak to such a process of reinvention, not only reflecting it, but also (and more importantly) embodying it? Can the process of making art in the city be understood as a form of infrastructure building? If so, to what ends and for whom? And how does what is built intersect with other infrastructural projects?

 

Ce qui précède implique un rejet des représentations canoniques de la ville. Le modèle dominant d’urbanisme présente les villes du Sud globalisé comme fonctionnant mal puisque manquant d’infrastructures viables : ponts, évacuations, autoroutes et consorts, qui structureraient les activités sociales et politiques de leurs résidents. Il ne s’agirait pas de villes à proprement parler, car elles ne seraient pas prévisibles, stables. Des modèles alternatifs pour la compréhension des villes du Sud (et, par-là même, de l’Est), pensent l’infrastructure comme un concept bien plus complexe et privilégient à la fois l’instabilité et l’imprévisibilité comme un élément essentiel de ce qui fait fonctionner une ville. AbdouMaliq Simone, qui dans un texte de référence, décrit cela à propos du centre ville de Johannesburg, dit :

« (la ville est) caractérisée par des croisements incessants, flexibles, mobiles de résidents … Ces croisements … dépendent de la capacité des résidents à engager des combinaisons complexes d’objets, d’espaces, de personnes et de pratiques. Ces conjonctions deviennent une infrastructure – une plateforme permettant et reproduisant la vie dans la ville. »

La flexibilité et le provisionnel sont des éléments clefs de cette infrastructure, écrit Simone, ainsi que le mouvement (physique et virtuel) à travers une grande diversité d’espaces et de temporalités. Tel est le cas, montre-t-il, là où les structures conventionnelles manquent ou se révèlent entièrement inadaptées à ceux qui sont censés les utiliser. Le résultat, propose-t-il, est une réinvention radicale de la vie urbaine au quotidien. Comment, se demande-t-on dans le cadre de la résidence, une production artistique peut-elle dialoguer avec un tel processus de réinvention, pas seulement s’y référer, mais aussi (et c’est plus important) s’y immiscer ? Est-ce que le processus de « faire de l’art » dans la ville peut être compris comme une forme de construction d’infrastructure ? Si tel est le cas, dans quel but et pour qui ? Et de quelle manière de telles constructions interagissent-elles avec d’autres projets infrastructurels ?

 

THE CITY: A BODY POLITIC(S)?

LA VILLE : UN CORPS POLITIQUE ?

In conventional studies of the city, the subject of infrastructure is often addressed in conjunction with that of public space. This is so because the construction and maintenance of bridges, sewage systems and the like and those of spaces reserved for interaction between city-dwellers are seen as belonging, for the most part, to the purview of municipal authorities whose function is to ensure the well-being of the city’s inhabitants. In many cities of the global South, such studies hold, the absence of viable infrastructure goes hand in hand with that of viable public space(s). Alternative analyses suggest that such a vision of public space is reductive. Of significantly more interest, and far more productive, are takes on the city that imagine public space as something that is created by bodies in movement. A key concept, in this regard, is that of body politics: the notion that through one’s presentation, or one’s stylisation of self (Nuttall 2004), one actively inflects the very nature of the urban space one inhabits, transforming it in ways both ephemeral and lasting (or altogether structural). In the process, one can be seen to actively carve out public space where no such thing was previously in existence. Such space-making has powerful political implications that speak directly to core questions the residency seeks to address. Experiments with play and theatricality such as are outlined above are deployed in an effort to understand mechanisms whereby public space is constructed in places like the inner-city explored by Simone. Can the type of context-driven practice that is at the heart of the residency produce public space? If so, in what manner does it intersect with other forms of space and infrastructure-making and to what ends? In the act of producing (or seeking to produce) space, what types of relations emerge between those who create space and those who use it? Are such distinctions apposite?

Dans les études conventionnelles de la ville, la question des infrastructures est souvent articulée avec celle de l’espace public. Il en est ainsi parce que la construction et la maintenance des ponts, réseaux d’évacuation, etc., ainsi que celles des espaces réservés pour l’interaction entre les résidents d’une ville sont vus comme appartenant, pour l’essentiel, à la gestion par les autorités municipales dont le rôle est d’assurer le bien-être des habitants de la ville. Dans de nombreuses villes du Sud, les études classiques montrent que l’absence de ces infrastructures viables va de pair avec l’absence d’espace(s) public(s) viable(s).  Des analyses alternatives suggèrent qu’une telle vision de l’espace public est réductrice. Nettement plus intéressants, et bien plus productifs, sont les regards sur la ville qui imaginent l’espace public comme quelque chose qui est créé par les corps en mouvement. Un concept clef, à ce sujet, est celui de body politics : la notion qu’à travers la manière dont on se présente, ou qu’on s’ « auto-stylise » (Nuttall 2004) on a un impact tangible sur l’espace urbain que l’on occupe, qu’on le transforme de manière à la fois éphémère et durable (voire structurelle), et que, ce faisant on construit autour de soi de l’espace public là où, préalablement, rien de tel n’existait. Une telle manière de fabriquer l’espace a de fortes implications politiques et parle directement à des questions clefs que la résidence tente de formuler et d’adresser. Les expérimentations avec le jeu et la théâtralité, comme évoquées plus haut, sont déployées dans un effort de compréhension des mécanismes sur lesquels l’espace public est construit dans des lieux comme le centre ville exploré par Simone. Est-ce que le genre de pratique guidée par le contexte qui est au cœur de la résidence peut produire de l’espace public ? Si tel est le cas, de quelle manière cet espace interagirait-il avec d’autres formes d’espace et de production d’infrastructure(s) et dans quel but ? Dans l’acte de produire (ou d’essayer de produire) de l’espace, quels types de relations émerge entre ceux qui créent l’espace et ceux qui l’utilisent ? De telles distinctions sont-elles utiles ?

 

THE CITY: AUDIENCE AS GENERATIVE SPACE?

LA VILLE : PUBLIC COMME GENERANT DE L’ESPACE ?

Si, à travers un déploiement de corps, l’espace public peut être crée là où auparavant il n’existait pas, y a-t-il un dedans et un dehors ? Et sont-ils associés avec des types particuliers d’acteurs ? Y a-t-il deux genres (distincts) d’acteurs : ceux qui font – les créateurs d’espace – et ceux qui rendent compte de cette création ? Ou bien les deux sont-ils inextricablement liés ?  En quoi répondre à ces questions peut-il influer sur le devenir d’artistes intéressés par le type de pratiques guidées par le contexte, influencées par la théâtralité, que la résidence tente d’explorer ? Est-ce que l’espace public élaboré via un processus de création artistique devient une sorte de scène et, si tel est le cas, comment cette scène doit-elle être comprise comme fonctionnant ? Quelles sortes de relations à celle ci devons nous structurer, qui permettent de la désancrer radicalement de la classique relation regardant-regardé, acteur-public, qui structure le théâtre classique et plus généralement la performance ? Est-ce que le concept de la scène peut être tout bonnement abandonné ? Quid du public ? Devrions-nous tenter de générer de nouveaux publics, publics inopinés, provisoires, en mutation ? Ou, ce faisant, jouerions-nous le jeu d’un certain élitisme que combattent depuis des décennies les tenants de formes alternatives du théâtre et de la performance ? La notion même de public devrait-elle être abandonnée ? Sommes-nous, en tant qu’artistes, en mesure d’appeler à un tel abandon ? Ne serait-il pas plus productif de penser le public comme source même de notre pratique ? Mais alors, comment conceptualiser ce public : qui en sont les membres et au nom de quoi les définissons-nous comme tels ?

If, through a deployment of bodies, public space can be carved out where it previously did not exist, is there an inside and an outside? And are these associated with particular types of actors? Are there those who do – the creators of space – and those who witness this creation? Or are the two inextricably linked? What might answers to these questions mean for artists interested in the type of context-driven, theatrically-inflected practices that the residency seeks to explore? Does public space created through a process of art-making become a manner of stage and, if so, how should this stage be understood to function? What kinds of relations to it might we devise that radically unmoor it from the classical viewer-viewed, actor-audience relationship(s) that structure classical theatre and, more generally, performance? Can the concept of the stage be done away with entirely? What of the audience? Should the types of practices that we seek to explore seek also to generate new (unexpected, provisional, shifting) audiences or does such a process smack of precisely the kind of elitism that alternative forms of theatre and performance have for decades, now, sought to undermine? Should the very notion of audience be done away with? If so, are we, as artists, in a position to effect such an erasure? Should we rather think through the possibility of audiences as generative of our practice? If so, how do we conceptualise the notion of audience: simply put, who are its members and how are they constituted?

 

*     *     *

Neither what precedes nor what follows is a finished product. These pages speak to an ongoing process, spanning several years. As the Play>Urban experiment unfolds, many new directions and queries will emerge, altering our course(s) and gaze(s) alike.

Ce texte, aussi bien ce qui précède que ce qui suit (nb : le livre) n’est en aucun cas un objet achevé. Ces pages parlent d’un processus en cours, sur plusieurs années. A mesure que Play>Urban va se développer, de nouvelles directions et  interrogations vont émerger, altérant le(s) processus comme les regards.

 

 

 

 

 

 

 

 

 


ð A.M. Simone, “People as Infrastructure: Intersecting Fragments in Johannesburg.” Public Culture 16, 3 (2004), pp. 407-408.



Leave a Reply

*