---Back to esad-stg.net hub

2ème jour / King kong dans la banlieue / King Kong in the suburbs

IMG_0719w

Auteurs / Authors : Naadira Patel, Pauline Lepeu, JC Lanquetin

Participants : Naadira Patel, Pauline Lepeu, JC Lanquetin

Lieu / Place : Périphérie de Strasbourg

Date(s) : Mai 2011

Durée (processus jusqu’à présentation ou à préciser / Duration (process until presentation or to be specified) : Une après midi

Description (medium, genre, concept, questions, critics…) : Traduction d’un protocole d’exploration urbaine imposé par autrui

Perspectives :

Axes de recherche / Research axes (Play/Urban)  : Théâtre des opérations

Protocoles (collectif) d’action / (collective) action protocols : S’emparer d’une proposition d’exploration (au concept et médium imposé) dans un espace définit par le moment et lieu de réception d’un message.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

Une expérimentation de Naadira Patel, Pauline Lepeu et Jc Lanquetin

Cela commence par un protocole Play>Urban : cette fois nous découpons un plan de Strasbourg et tirons au hasard une aire d’exploration. Le choix est fait de privilégier les périphéries. Ci dessous l’aire urbaine que nous nous devions d’explorer. La première partie de la journée est donc consacrée à une marche dans cette partie de la ville que nous ne connaissons pas. Nous errons dans la ville, ou plutôt sa limite avec la campagne. Au bord des champs. Entre une autoroute et de petites zones résidentielles. Dans une “forêt” avec des traces de campements. Nous sommes entre ces entrées de villes, ces routes principales qui vont vers la plaine, les Vosges et au delà la France. Plaisir de marcher sans réel but, d’hésiter, de se perdre, d’attendre les instructions sans trop savoir ce que nous allons faire.

Après une heure trente, nous recevons par SMS les trois informations envoyée par un autre groupe et nous envoyons trois informations à un groupe. Ces informations (concept, processus, restitution), doivent nourrir, détourner ou structurer le travail de chaque groupe. Elles ne sont pas obligatoires mais la règle est de les prendre en considération et de jouer avec.

Elles arrivent : nous devons faire un concert, entre deux espaces. (Naadira says : we had to make a concert, on a highway, or between spaces. ‘un seile’ the space/moment between, the boundry, the entry or exit point). Les instructions nous désarçonnent. Elles sont disparates, ne correspondent pas à ce que nous sommes en train de chercher, nous cherchons, mais ne savons trop qu’en faire. L’une d’entre elle (pour la restitution) est “concert”. Bon. Il se trouve qu’à ce moment là nous sommes dans une épicerie qui vend un peu de tout. Dans une vitrine il y a ces jouets, un gorille, un éléphant, un chien, qui font du bruit en agitant la tête. Nous avons nos instruments. La dérive continue, nous atterrissons sous un pont d’autoroute. Et en nous amusant, nous “faisons” un concert là. C’est absurde, juste absurde.

La marche continue. Nous n’avons pas de projet, justes des bribes, sans réel sens. Mais nous explorons. Nous voyons un sentier, entre les rocades, dans un petit bois. Nous l’empruntons et nous sommes dans la forêt. Un homme passe. C’est d’évidence un lieu de drague. Nous redescendons de l’autre coté de ce qui est une petite colline. Là, un pont, une rivière, des sentiers pédestres, des bancs, un parcours aménagé. Mais le pont est truffé d’annonces de drague au marqueur. Nous empruntons le sentier, cela a des allures de parc sur fond de bruit d’autoroute. Finalement nous décidons d’explorer l’intervalle entre les rocades. Ce sont en fait des espaces de végétation assez libres, des ilots d’herbes hautes et d’arbres. Des espaces assez forts si on les aborde comme nous le faisons, c’est à dire transversalement, de biais, et non par la route. En fait nous venons d’explorer une série d’intervalles urbains, ou manifestement se déroulent beaucoup d’activités discrètes. Ils sont loin d’être inhabités.

C’est ce que nous racontons à notre retour. La restitution est un récit de nos découvertes, le concert est la petite vidéo filmée sous le pont d’autoroute, mais aussi une seconde version, filmée entre les bras de l’autoroute.

Récit visuel de nos explorations :

 

 



Leave a Reply

*