---Back to esad-stg.net hub

Parade

DSC0473

Auteurs / Authors : Maylis Cerbelaud, Kevin Klein et Floriane Jan

Participants :  Maylis Cerbelaud, Kevin Klein et Floriane Jan

Lieu / Place : Strasbourg, Quartier de la Meinau / Arrêt de Bus Dietterlin et Baggersee

Date(s) : lors de la semaine hors limites à Pole Sud, avril 2012

Durée (processus jusqu’à présentation ou à préciser / Duration (process until presentation or to be specified) : 1 heure divisée en trois sessions (Trotoir / Trajet de 6 min en Bus / Arrêt de Bus)

Description (medium, genre, concept, questions, critics…) : Rebus (objets issus de « monstres »), corps, éléments de la CTS.

performance sonore improvisée. Après avoir sélectionner des objets que la rue nous offrait (encombrants), nous nous sommes improvisé en groupe de percussionniste afin de donner des concerts sauvages lors d’un parcours déterminé d’un point à un autre du quartier. Ainsi, nous voulions requestionner les espaces publics (rue/intérieur de bus / abribus) en se les appropriant comme un lieu de représentation (visuel et sonore).

Perspectives :

Axes de recherche / Research axes (Play/Urban)  : Generate audience, Théâtre des opérations / Modification de l’espace urbain en distordant le quotidien avec ces propres éléments

Protocoles (collectif) d’action / (collective) action protocols :

Questions :
- Jusqu’où peut on se (ré)approprier l’espace public? Quelles en sont les limites?
- Comment jongler entre le quotidien et le « spectaculaire » pour questionner la notion d’espace public?
- Quelle place offre t’on au passant/spectateur ?

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

_DSC0219

Lorsque nous découvrons ce tas d’objet déposé sur le trottoir, l’enchantement de l’innocence enfantine nous emporte. Les restes d’une maison voisine s’offrait à nous, quoi de plus tentant que de le remuer dans l’espoir d’y trouver notre inspiration. Ce tas, restes d’une vie passé abandonnée au yeux de tous dans une sorte de précipitation nous embarque directement dans l’univers de cette personne inconnue.

 



Leave a Reply

*